Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Retracer la voie de l’islam mystique sur le territoire européen

Alors que la présence de l’Islam en Europe et dans le monde occidental est principalement examinée en termes de fondamentalisme religieux, un projet de recherche financé par l’UE jette un éclairage révélateur sur le soufisme et sa dynamique dans un paysage social en constante évolution.

Société

Le soufisme est considéré comme l’aspect intérieur de l’islam, un ensemble de valeurs, de doctrines, de rituels et d’institutions qui cristallisent son essence intrinsèque. En conséquence, les visualisations soufies de la croyance et de la piété forment une sorte de lingua franca visuelle au sens le plus large au sein des communautés musulmanes européennes. Le projet SufiVisual, financé par l’UE, comprenait une recherche interdisciplinaire axée sur la manière dont la culture visuelle construit et façonne activement les concepts religieux, influençant ainsi notre compréhension de l’Islam. Le projet visait à servir de pont entre l’Orient et l’Occident, en explorant les rôles de la culture visuelle et de la pratique religieuse en tant que contre-mouvements au fondamentalisme religieux et comme forces motrices du pluralisme religieux.

Observer l’univers soufi de l’intérieur

Sara Kuehn, boursière du projet Marie Skłodowska-Curie, a effectué des travaux de terrain dans les communautés soufies d’Inayatiyya, Naqshbandi-Haqqani, ʿAlawiyya, Bektashi et Mevlevi en France et en Allemagne dans leurs contextes transnationaux. Pour recueillir des données, elle a procédé à l’observation des participants aux divers événements organisés par ces communautés et de leurs dikhrs (rituels de mémoire divine) hebdomadaires, ainsi qu’à des entretiens qualitatifs avec des dirigeants soufis et des membres de leur communauté. Un échantillon mixte de participants aux entretiens a été constitué, ce qui a permis de brosser un tableau nuancé et dynamique de la pratique spirituelle des femmes, de leur leadership et de leur vision. L’étude a également montré que l’islam et le soufisme mystiques, une tradition en dialogue constant avec la société et ses dynamiques politiques, culturelles et économiques, ont la capacité de perturber les normes de genre et les hiérarchies établies – théologiques et politiques – en donnant aux femmes une voix publique qui s’étend à travers les régions géographiques. Sara Kuehn a également mis l’accent sur la production culturelle soufie, incluant tout le matériel visuel ainsi que les «visions» intérieures produites par des acteurs soufis, tels que des dirigeants, des membres, des artistes et des musiciens. «La vision peut se rapporter à la perception de la réalité par le biais de l’œil qui a la capacité de voir physiquement ou d’appréhender mentalement, ou de percevoir des réalités immatérielles ou des événements futurs, ce qu’on appelle l’œil de l’esprit», explique Dionigi Albera, coordinateur du projet.

Quand deux mondes se rencontrent

«L’un des principaux défis de la recherche ethnographique parmi les membres de certaines communautés soufies est certainement le prosélytisme religieux et ses effets potentiels sur la relation entre les membres de la communauté et le chercheur. De plus, dans certains cas, le genre a déterminé l’étendue de la recherche et a limité les possibilités de collecte de données», explique Dionigi Albera. En dépit des difficultés, le projet de recherche de deux ans a débouché sur des résultats probants. L’événement le plus récent lié à SufiVisual a été la conférence internationale en ligne «Female Visions: The Religious Visual Culture of Contemporary Female Islamic Mysticism», organisée à Stuttgart, en Allemagne, du 16 au 18 octobre 2020. Le programme comprenait une partie académique avec 16 présentations d’articles, une partie «pratique» avec des présentations données par 6 femmes leaders soufies, et une section artistique avec des installations vidéo et sonores. Il peut être consulté en ligne sur le site web de la conférence, accessible au public.

Tendances soufies extraverties

«Nous assistons à un renouveau du soufisme dans les sociétés contemporaines qui comprend également de nouvelles formes culturelles. Les soufis d’aujourd’hui s’expriment non seulement par la musique sacrée traditionnelle ou la calligraphie arabe, mais aussi par les arts plastiques, la photographie, les spectacles de danse et, par exemple, le rap», souligne Dionigi Albera. «De plus, la prééminence de l’expérience spirituelle dans les contextes soufis laisse peu de place à la dimension identitaire (parfois dominante dans un contexte islamique occidental); l’afflux de convertis dans certaines communautés soufies occasionne également une grande fluidité culturelle et religieuse. Cette fluidité fait du soufisme contemporain un laboratoire dynamique de l’évolution de l’islam contemporain.»

Mots‑clés

SufiVisual, Soufisme, Islam, culture visuelle, genre, pluralisme religieux, recherche ethnographique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application