Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Comment le public perçoit-il les drones?

Des chercheurs financés par l’UE ont étudié ce que les gens savent des drones, et en particulier de leur utilisation dans des situations d’urgence. La réponse? Pas grand-chose.

Économie numérique
Société

Même si les prédécesseurs des drones modernes sont apparus il y a plus d’un siècle, les drones sont encore relativement peu connus du public. En fait, la plupart des gens ne savent pas que les drones peuvent être utilisés par les premiers secours dans les situations d’urgence selon un rapport préparé par le projet RESPONDRONE financé par l’UE. Selon ce rapport, les personnes qui connaissent un peu les drones les associent principalement à la photographie et à la vidéographie amateur, aux jouets pour enfants ou aux opérations militaires. De plus, les citadins sont plus susceptibles d’avoir rencontré des drones que les personnes vivant dans les zones rurales. Pour identifier les avantages et les obstacles ayant un impact sur l’acceptation par la population des technologies des drones, l’équipe de RESPONDRONE a mis sur pied 12 groupes de discussion dans 6 pays, avec pour résultat le rapport susmentionné. Ces pays (l’Arménie, la Bulgarie, la France, la Grèce, la Lettonie et les Pays-Bas) ont été soigneusement sélectionnés afin de représenter différents contextes culturels en Europe et au-delà. Ces groupes de discussions ont travaillé sur un questionnaire de huit questions traitant de l’avis des participants et de leurs réactions vis à vis des drones. «Les réponses indiquent que les drones semblent encore être plutôt mal connus pour la grande majorité», a indiqué Max Friedrich, coordinateur du projet German Aerospace Center dans un communiqué de presse publié sur le site "Cision PR Newswire".

Sujets de préoccupation et recommandations

Lors de ces discussions, les avis sur l’acceptation des opérations des drones étaient divisés. La Grèce et la France ont exprimé des opinions plutôt négatives sur les drones, principalement en raison de préoccupations liées à la vie privée et à la sécurité. Une position plus neutre a été adoptée dans les quatre autres pays, qui ont néanmoins exprimé des réserves sur la façon dont les drones pourraient être utilisés à des fins de surveillance et de sécurité. Une autre préoccupation soulevée était le bruit généré par les drones. Malgré l’aversion de la plupart des participants à avoir des drones opérant directement au-dessus de leurs maisons ou des aires de loisirs, «ils seraient prêts à tolérer certaines perturbations si le but était de sauver des vies ou d’atténuer des catastrophes», selon le RESPONDRONE report. Il a été généralement convenu qu’être informé à l’avance des exercices et des opérations d’urgence apaiserait la population et lèverait les inquiétudes relatives à la sécurité et à la vie privée. Il a également été observé qu’il n’est pas facile de savoir si les drones en missions d’urgence. «À la lumière de ces résultats, ResponDrone recommande que les drones d’urgence portent une identification spéciale, comme une couleur spécifique ou un logo, ou émettent des sons distinctifs ou des lumières uniques. Il est en outre recommandé d’informer les résidents à l’avance des vols et des exercices», a déclaré Max Friedrich dans le même communiqué de presse. Pour la suite, l’équipe de RESPONDRONE (NOVEL INTEGRATED SOLUTION OF OPERATING A FLEET OF DRONES WITH MULTIPLE SYNCHRONIZED MISSIONS FOR DISASTER RESPONSES) développera une stratégie pour augmenter l’acceptation par la population de l’utilisation des drones dans les situations d’urgence. Ces efforts font partie de la mission ultime de l’équipe de projet pour aider les équipes d’intervention d’urgence à répondre plus rapidement et plus efficacement aux urgences et aux catastrophes, sauvant ainsi davantage de vies. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet RESPONDRONE

Mots‑clés

RESPONDRONE, drone, urgence, catastrophe, rapport

Articles connexes