Skip to main content

A disruptive multi-sensor chip for fast and effective management of Sepsis at the point of Care

Article Category

Article available in the folowing languages:

Diagnostic rapide sur le lieu de soin de la septicémie

Une nouvelle technologie sur le lieu de soin vise à accélérer le diagnostic et le traitement de la septicémie – le tout pour une fraction des coûts actuels.

Santé

La septicémie, une maladie potentiellement mortelle causée par la réponse du corps à une infection, touche près de 49 millions de personnes chaque année. Plus inquiétant encore, elle tue plus de personnes que toute autre pathologie – cancer et maladies coronariennes inclus. Le traitement de la septicémie avec des antimicrobiens est crucial pour la survie, mais la vraie clé est un diagnostic précoce et précis. De fait, la recherche montre que les chances de survie diminuent de 7,6 % chaque heure où on laisse la maladie progresser. Malheureusement, la médecine ne dispose pas de solutions de lieu-de-soin appropriées pour une gestion rapide, abordable et efficace de la septicémie. «Les cliniciens ne disposent actuellement pas de la technologie nécessaire pour effectuer des tests de diagnostic multiplexés et entièrement quantitatifs sur le lieu de soin qui présentent une sensibilité élevée», déclare Dimitris Tsiokos, chercheur de l’Université Aristote de Thessalonique et fondateur et PDG de bialoom, une start-up chypriote qui utilise des puces optiques pour répondre aux besoins de diagnostic sur le lieu de soin. Dimitris Tsiokos a dirigé une équipe de chercheurs dont les travaux visent à combler cette lacune technologique. Grâce au soutien du projet SepsiCare, financé par l’UE, Bialoom a proposé un dispositif de diagnostic accessible, entièrement quantitatif et multiplexé capable d’accélérer le diagnostic et le traitement de la septicémie aux côtés du patient et pour une fraction des coûts actuels. «Notre solution repose sur une nouvelle biopuce optique qui combine des circuits photoniques en silicium, des guides d’ondes plasmoniques et la microfluidique pour mesurer simultanément une palette d’indicateurs clés de la maladie à partir d’un petit volume de sang», explique Dimitris Tsiokos. «Cela permet aux prestataires de soins de santé d’avoir un accès immédiat à des résultats de tests exploitables à un prix abordable, ce qui accélère considérablement le diagnostic de la septicémie, la sélection thérapeutique et l’évaluation du traitement – le tout en quelques minutes et directement sur le lieu de soin.»

Un besoin clair

L’objectif principal du projet SepsiCare était de mieux comprendre la demande du marché pour les diagnostics de septicémie, d’étudier la faisabilité commerciale du dispositif et de l’optimiser en conséquence. Pour ce faire, les chercheurs ont mené une analyse concurrentielle approfondie, étudié les besoins des parties prenantes et des utilisateurs finaux, passé en revue toutes les règles et réglementations relatives à la commercialisation d’un dispositif médical et cartographié les prévisions de coûts et de flux de trésorerie. «Ces travaux ont montré clairement que la septicémie est une maladie clinique compliquée pour laquelle les outils de diagnostic et de surveillance disponibles sont limités et que le concept SepsiCare était un pas dans la bonne direction», ajoute Dimitris Tsiokos.

Prêt à aider à sauver des vies

Grâce au soutien financier de l’UE, le dispositif SepsiCare est désormais bien placé pour accélérer le diagnostic et le traitement de la septicémie et, ce faisant, pour aider à sauver des vies. De fait, malgré certains défis dus à la pandémie de COVID-19, les chercheurs ont réussi à faire valider et accepter le dispositif SepsiCare par des acheteurs dans trois pays européens. «Nous sommes convaincus que notre technologie de biocapteur photonique peut aider non seulement à diagnostiquer et à traiter la septicémie, mais aussi à détecter presque tous les types de biomolécules liées à la maladie», conclut Dimitris Tsiokos. Les chercheurs s’efforcent d’améliorer le concept SepsiCare grâce à davantage de données techniques et précliniques. Ils sont également en train de repenser le prototype technologique pour mieux répondre aux besoins des utilisateurs finaux, un effort soutenu par des experts en diagnostic clinique et des leaders d’opinion clés. Pour soutenir ces initiatives, l’équipe de recherche sollicite actuellement un financement de l’accélérateur du CEI et de capital-risque. Elle a également obtenu un financement de démarrage supplémentaire de 500 000 EUR de la part de la Fondation pour la recherche et l’innovation de Chypre.

Mots‑clés

SepsiCare, septicémie, lieu de soin, antimicrobiens, tests de diagnostic, biopuce, dispositif médical, biocapteur photonique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application