Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Des nouvelles de VRespect.Me: lutter contre la violence domestique grâce à une solution RV innovante

Près d’un tiers des femmes dans le monde ont été victimes de violence de la part de leur partenaire. Dans le numéro 88 de Research*eu de décembre 2019 / janvier 2020, nous avions couvert VRespect.Me, un projet fascinant qui a véritablement saisi les opportunités de la révolution numérique pour concevoir une solution innovante pour lutter contre la violence domestique. Nous rencontrons Charlie Pearmund, PDG de la société de coordination Virtual Bodyworks SL, pour en savoir plus sur leurs derniers développements.

Économie numérique
Société
Sécurité

Le cœur de la solution Virtual Environments for Rehabilitation of Gender Violence Offenders est d’apporter à n’importe qui le point de vue incarné d’une victime de violence domestique. Lorsque cela est fait pour un auteur de violence domestique, il peut voir, ressentir et entendre par lui-même l’impact de ses actions sur sa victime. Ceci est réalisé grâce à la dernière technologie de réalité virtuelle (RV), en particulier un casque et l’utilisation d’un avatar virtuel. Lors de notre dernier entretien avec Charlie Pearmund, le gouvernement régional catalan – Virtual Bodyworks est basé à Barcelone – avait acheté VRespect.Me pour l’utiliser dans l’une des prisons de la région. «Le système est maintenant utilisé dans six prisons catalanes», nous dit Charlie Pearmund.

2020: une grande année pour VRespect.Me

Depuis la fin officielle du projet VRespect.Me Charlie Pearmund et ses collègues ont été extrêmement occupés à promouvoir leur technologie et leur expérience, 2020 se révélant être une année très fructueuse pour eux. «En 2020, un nouveau projet financé par le programme des droits, de l’égalité et de la citoyenneté de l’UE a été lancé sous le nom de “VR per Genere”», explique Charlie Pearmund. «Dans ce projet, VRespect.Me est étendu non seulement à la réhabilitation des agresseurs, mais aussi à la prévention des abus de genre parmi les jeunes.» Parallèlement, et sur la base de résultats préliminaires, VRespect.Me sera utilisé auprès de la population en général afin de réduire la condamnation des victimes, une autre pierre angulaire de la sensibilisation à la violence de genre et visant à la prévention. Ensuite, bien sûr, il y a cette pandémie omniprésente. «Au cours de la pandémie de COVID-19, une nouvelle augmentation du nombre de femmes victimes de violence sexiste a été signalée, en particulier pendant les périodes de confinement», explique Charlie Pearmund. «Par conséquent, un problème déjà endémique dans le monde a pris beaucoup plus d’importance.» En effet, de nombreux gouvernements ont clairement déclaré que l’une des seules raisons légitimes de quitter la maison pendant les périodes de confinement, à côté des activités habituelles telles que l’exercice et les achats essentiels, était d’échapper à la violence domestique. «La violence sexiste est une question multidimensionnelle et complexe qui nécessite de nombreuses approches différentes», conclut Charlie Pearmund. «Et comme la pandémie nous l’a montré si cruellement, c’est vraiment un problème de santé et de société très important. La réalité virtuelle immersive ne sera qu’une méthode pour traiter vraiment ce problème une fois pour toutes.» En effet, lui et ses collègues continuent de se consacrer à la poursuite du déploiement de VRespect.Me avec un intérêt pour le système venant désormais de nombreux pays, jusqu’en Australie.

Mots‑clés

VRespect.Me, violence domestique, violence conjugale, réalité virtuelle, RV, VR per Genere, violence entre partenaires intimes, COVID-19