Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le projet du mois: aperçu de l’étude la plus complète jamais réalisée sur le recul des glaciers dans le monde

Une nouvelle étude publiée dans «Nature» révèle que la quasi-totalité des glaciers de la planète se sont amincis et ont perdu une masse considérable au cours des deux dernières décennies, une tendance qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Dans le cadre de l’analyse la plus complète et la plus précise jamais réalisée, une équipe de recherche internationale, à laquelle participait également le projet ICEMASS financé par l’UE, a tiré la sonnette d’alarme quant aux conséquences potentiellement désastreuses d’une persistance de cette tendance.

Changement climatique et Environnement

L’étude a mis non seulement en évidence le fait que les glaciers qui fondent le plus rapidement se situaient en Alaska, en Islande et dans les Alpes, mais elle a aussi montré que les glaciers des montagnes du Pamir, de l’Hindou-Kouch et de l’Himalaya étaient également profondément affectés. Cette situation est particulièrement préoccupante pour les pays d’Asie du Sud, comme l’Inde et le Pakistan, où les eaux de fonte des glaciers pendant la saison sèche constituent une source d’eau cruciale. L’étude a également révélé de manière surprenante que certains glaciers ont connu des taux de retrait plus faibles entre 2010 et 2019, comme ceux de la côte est du Groenland et de la Scandinavie. Toutefois, les chercheurs attribuent ce phénomène à une anomalie météorologique survenue dans l’Atlantique Nord, qui a entraîné des précipitations plus importantes et une baisse des températures. Le projet ICEMASS (Global Glacier Mass Continuity), soutenu par le Conseil européen de la recherche, a contribué à cette étude mondiale élargie en mettant au point un «modèle de capteur» innovant qui a permis d’explorer 20 ans d’imagerie satellite stéréo (des images prises du même point de la surface de la Terre mais sous différents angles de caméra spatiale). Les chercheurs ont ainsi pu découvrir, enfouies dans les données, de précieuses mesures répétées sur la surface terrestre. ICEMASS a également mené plusieurs études pilotes qui ont permis de le tester et d’en faire la démonstration pour des régions plus petites, ce qui a ensuite été fait à l’échelle mondiale pour l’ensemble de l’étude. Pour plus d’informations sur l’étude, qui a été menée par l’École polytechnique fédérale de Zurich (ETH Zürich), veuillez consulter la page suivante: https://titan.uio.no/english/2021/worlds-glaciers-are-melting-faster-20-years-ago Pour l’étude elle-même, rendez-vous sur: https://www.nature.com/articles/s41586-021-03436-z ICEMASS a contribué à un certain nombre de méthodes qui se sont avérées cruciales pour l’étude et je suis très heureux de voir que nos résultats et nos développements ont été repris de manière aussi collaborative et interactive dans l’étude de «Nature». - Andreas Kääb, chercheur principal d’ICEMASS Si vous souhaitez voir votre projet publié dans la rubrique «Projet du mois» d’une de nos prochaines éditions, veuillez nous envoyer un courrier électronique à l’adresse editorial@cordis.europa.eu en nous précisant les raisons!

Mots‑clés

ICEMASS, glacier, eau de fonte, imagerie stéréo par satellite, Conseil européen de la recherche