Skip to main content

Improved Methods and Actionable Tools for Enhancing Health Technology Assessment

Article Category

Article available in the folowing languages:

La coopération transfrontalière est la clé d’une évaluation plus efficace des technologies de la santé

Les nouveaux outils et méthodes d’évaluation des technologies de la santé visent à améliorer la prise de décision et à promouvoir la coopération entre les États membres. Il pourrait en résulter une amélioration des soins aux patients.

Santé

Bien que les politiques sociales et de santé restent de la responsabilité des États membres, la collaboration transfrontalière présente des avantages, notamment pour l’acquisition de technologies liées aux soins. L’amélioration de l’efficacité et de l’efficience des passations de marché de technologies de la santé par le partage des données et des informations est donc désormais un objectif politique majeur pour de nombreux États membres. Le projet IMPACT HTA, financé par l’UE, entend faciliter cette collaboration en matière de données. «Les données sur les coûts et les résultats des nouvelles technologies de santé sont désormais disponibles auprès de très nombreuses sources», explique Panos Kanavos, professeur de politique de santé internationale à la London School of Economics et coordinateur du projet IMPACT HTA. «L’objectif de ce projet est de créer un environnement au sein duquel tous les États membres peuvent facilement accéder à ces informations dans le cadre de leurs évaluations des technologies de la santé.» Les évaluations des technologies de la santé, ou ETS (HTA en anglais), sont une méthode systématique utilisée pour évaluer les propriétés, les effets et les conséquences d’une technologie de la santé. Les États membres ont recours aux ETS pour décider, en connaissance de cause, de l’acquisition et/ou de la certification d’une nouvelle technologie de santé.

Méthodes et outils innovants

Le projet a développé plusieurs méthodes et outils innovants qui aident à la prise de décision, améliorent l’allocation des ressources et facilitent la collaboration entre les États membres, les agences d’ETS, les professionnels de santé et d’autres parties prenantes. Prenons, par exemple, un outil d’évaluation économique qui combine et utilise des données d’essais cliniques randomisés et des données d’observation. «Cet outil permet au personnel de l’ETS de réaliser des évaluations rapides du rapport coût-efficacité en utilisant des données locales librement disponibles», fait remarquer Panos Kanavos. «Les données peuvent facilement être modifiées pour répondre aux besoins locaux, ce qui permet de partager les modèles entre les agences et les évaluations dans un domaine thérapeutique donné.» Le projet a également créé une méthodologie de calcul des coûts et une base de données des coûts unitaires dans les domaines de la santé et de l’aide sociale. «Cette base de données, la première du genre en Europe, peut être utilisée pour alimenter les évaluations financières de la santé en transférant des analyses et des modèles économiques entre les pays», ajoute Panos Kanavos. «Elle permet aux chercheurs de gagner du temps dans la recherche des coûts, d’établir des comparaisons entre pays et de comprendre en profondeur les variations transfrontalières des coûts.» Les chercheurs ont même développé des outils spécifiquement destinés aux hôpitaux. «Les performances des hôpitaux comportent de multiples aspects, et de nombreux facteurs contextuels influent sur l’adoption des technologies de la santé», relève-t-il. C’est dans cette optique que le projet a développé deux boîtes à outils destinées au milieu hospitalier. La première mesure la performance globale de l’hôpital, tandis que la seconde fournit une méthode permettant d’évaluer comment les facteurs contextuels pourraient avoir un impact sur la mise en œuvre d’une technologie. «Ces outils s’appuient sur un modèle de décision qui identifie les technologies d’égales efficacité et sécurité, mais qui sont sujettes à des variations cliniques», explique Panos Kanavos. «En évaluant les différentes interventions possibles, ces outils contribuent à améliorer la performance et la qualité des soins prodigués aux patients.»

Améliorer les soins prodigués aux patients

Bien que les travaux se poursuivent, les organismes d’ETS, les concepteurs de lignes directrices, les associations de patients, les experts cliniques, les groupes universitaires et l’industrie des soins de santé utilisent déjà les outils et les méthodes d’IMPACT HTA. «Nos approches validées pour la collecte, l’analyse et l’intégration des données contribuent non seulement à améliorer l’allocation des ressources dans les États membres, mais surtout à garantir que les patients reçoivent les meilleurs soins possibles», conclut Panos Kanavos.

Mots‑clés

IMPACT HTA, évaluations des technologies de la santé, États membres, soins prodigués aux patients, politique de santé, technologies de la santé, achats, données, soins de santé, hôpitaux

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application