Skip to main content

Supporting public sector's capacity and leadership in decarbonising Europe's building stock, through the development of a multi-level renovation impact framework

Article Category

Article available in the folowing languages:

Mettre sur pied un cadre de rénovation qui donne la priorité à l’impact

Un nouveau cadre de travail pourrait aider les décideurs politiques, aux niveaux municipal, national et européen, à suivre de manière cohérente les avantages environnementaux, sociaux et économiques des programmes et projets de rénovation des bâtiments.

Changement climatique et Environnement

Les bâtiments européens sont uniques et caractérisés par une grande diversité, alliant des éléments culturels, sociaux et économiques, mais une grande partie d’entre eux sont anciens. Plus de 220 millions de bâtiments ont été construits avant 2001, et la plupart d’entre eux seront probablement encore debout en 2050. En vue d’améliorer l’efficacité énergétique dans l’ensemble de l’UE et de réduire les émissions associées, la CE a publié sa stratégie de «vague de rénovations pour l’Europe: verdir nos bâtiments, créer des emplois, améliorer la qualité de vie». Son objectif consiste à doubler le taux de rénovation des bâtiments existants au cours de la prochaine décennie.

L’importance de l’impact dans la vague de rénovation

Parvenir à augmenter les taux de rénovation passe par un effort concerté et coordonné de la part de toute une variété d’acteurs du secteur de la rénovation, des décideurs politiques et des financiers aux entrepreneurs, en passant par les fournisseurs, les consultants et, surtout, les propriétaires de bâtiments. Toutefois, étant donné le grand nombre d’initiatives de rénovation existantes, comment ces acteurs peuvent-ils déterminer les solutions les plus intéressantes parmi celles qui leur sont proposées, ainsi que les contextes appropriés? Puisqu’il n’existe pas d’approche unique, la réponse réside dans le suivi de leur impact. «Une meilleure disponibilité des données relatives aux impacts des programmes de rénovation étaye les prises de décisions des gouvernements et peut les aider à identifier les solutions offrant de bonnes pratiques susceptibles d’être transposées à plus grande échelle et appliquées dans toute l’Europe. Ces données pourraient également aider les financeurs potentiels à sélectionner des projets viables dans lesquels investir», indique Raquel Díez, coordinatrice du projet BUILD UPON2, financé par l’UE.

Un nouveau cadre de rénovation qui fait des vagues

Fin 2021, BUILD UPON2 a dévoilé un cadre à plusieurs niveaux dédié aux impacts des rénovations. «Le cadre BUILD UPON servira d’outil aux acteurs locaux, en leur permettant de se concentrer sur l’impact réel et l’apprentissage, tout en suivant et en quantifiant intégralement les vastes avantages de la rénovation énergétique», ajoute Raquel Díez. «Ce cadre ouvre la voie à un suivi harmonisé de l’activité de rénovation locale et nationale, à travers lequel il est possible d’évaluer la progression vers les objectifs fixés dans nos stratégies et programmes de rénovation.» L’objectif ultime consiste à générer une valeur ajoutée écologique, sociale et économique. Pour y parvenir, le cadre présente une série unique de points de référence et d’indicateurs de progrès mesurables pour les stratégies de rénovation des villes, notamment en matière de réduction des émissions de carbone, d’emploi, de pauvreté énergétique et d’amélioration de la santé. Les villes peuvent utiliser ce cadre pour mesurer les réductions d’émissions de carbone et les améliorations de l’efficacité énergétique apportées par la rénovation énergétique, tout en tenant également compte du taux de rénovation annuel et de l’utilisation accrue des énergies renouvelables. Les propriétaires ou locataires à faibles revenus vivant dans des bâtiments mal entretenus en tireront un grand bénéfice: l’outil permettra d’évaluer la mesure dans laquelle les travaux de rénovation peuvent réduire la pauvreté énergétique et améliorer la qualité de l’air intérieur ainsi que le confort thermique. Enfin, l’outil favorisera la création d’emplois et l’accroissement des investissements dans les programmes de régénération urbaine.

Des idées clés pour guider les prochaines étapes

Le cadre BUILD UPON a été testé dans plusieurs villes pilotes à travers l’Europe. «La plupart d’entre elles ont souligné que l’outil contribuait à aligner les différents niveaux de gouvernance. Les données relatives à la rénovation des bâtiments étaient jusqu’à présent traitées séparément, les pays mettant en œuvre leurs propres stratégies de rénovation. Cette situation était aggravée par le manque de capacités et de formation du personnel en matière d’acquisition de données», explique Raquel Díez. Les ateliers organisés et les interactions avec les villes participant au projet ont fait ressortir le fait qu’il convenait de disposer d’une version numérique du cadre pour faciliter l’agrégation et l’analyse des données. Deux villes espagnoles, Valladolid et Saragosse, ont pris de l’avance et développé un outil baptisé Rehaviva, qui s’appuie sur les principes du cadre BUILD UPON et en intègre les principales mesures. «Le cadre BUILD UPON est le premier outil à aligner les paramètres d’impact de la rénovation d’une manière qui puisse être appliquée de façon cohérente aux niveaux régional, national et européen. Il fait le lien entre les politiques menées à différentes échelles et soutient la vague de rénovation. Nous travaillons maintenant avec nos partenaires pour explorer les différentes manières dont le cadre peut être déployé», ajoute Stephen Richardson, directeur du réseau régional européen du World Green Building Council, une communauté rassemblant plus de 20 conseils nationaux du bâtiment durable en Europe.

Des idées clés pour guider les prochaines étapes

Le cadre BUILD UPON a été testé dans plusieurs villes pilotes à travers l’Europe. «La plupart d’entre elles ont souligné que l’outil contribuait à aligner les différents niveaux de gouvernance. Les données relatives à la rénovation des bâtiments étaient jusqu’à présent traitées séparément, les pays mettant en œuvre leurs propres stratégies de rénovation. Cette situation était aggravée par le manque de capacités et de formation du personnel en matière d’acquisition de données», explique Raquel Díez. Les ateliers organisés et les interactions avec les villes participant au projet ont fait ressortir le fait qu’il convenait de disposer d’une version numérique du cadre pour faciliter l’agrégation et l’analyse des données. Deux villes espagnoles, Valladolid et Saragosse, ont pris de l’avance et développé un outil baptisé Rehaviva, qui s’appuie sur les principes du cadre BUILD UPON et en intègre les principales mesures. «Le cadre BUILD UPON est le premier outil à aligner les paramètres d’impact de la rénovation d’une manière qui puisse être appliquée de façon cohérente aux niveaux régional, national et européen. Il fait le lien entre les politiques menées à différentes échelles et soutient la vague de rénovation. Nous travaillons maintenant avec nos partenaires pour explorer les différentes manières dont le cadre peut être déployé», ajoute Stephen Richardson, directeur du réseau régional européen du World Green Building Council, une communauté rassemblant plus de vingt conseils nationaux du bâtiment durable en Europe.

Mots‑clés

BUILD UPON2, rénovation, impact, bâtiments, cadre à plusieurs niveaux dédié aux impacts des rénovations, réductions des émissions de carbone

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application