Skip to main content
European Commission logo print header

Detecting Document frauD and iDentity on the fly

Article Category

Article available in the following languages:

Des outils intelligents simplifient la vérification de l’identité aux points de passage frontaliers

La technologie avancée d’analyse des documents et de vérification biométrique de l’identité sur place permet d’accélérer et de sécuriser les processus de délivrance de documents, de voyage et de contrôle aux frontières.

Économie numérique icon Économie numérique

En s’appuyant sur des technologies avancées, les criminels peuvent produire des documents de voyage d’apparence très authentique et en falsifier le contenu, notamment les informations personnelles et l’historique des voyages, afin de franchir illégalement les frontières. Pour détecter ces faux de plus en plus sophistiqués aux points de contrôle frontaliers, les outils et les méthodes utilisés par les gardes-frontières doivent être constamment améliorés.

Détection automatique de la fraude dans les documents sources

La délivrance de documents d’identité et de voyage tels que les passeports constitue la première étape du cycle de vie d’une identité. Ces documents sont délivrés par les autorités respectives sur la base de documents sources, tels que des certificats de naissance ou d’autres documents, qui servent de base pour prouver l’identité d’une personne. Si les documents sources sont manipulés, de fausses identités peuvent être établies en délivrant des documents d’identité ou des passeports contenant les données falsifiées. Le projet D4FLY, financé par l’UE, a développé des outils d’analyse automatisée des documents sources, aidant les experts à détecter les manipulations et à empêcher la délivrance de documents contenant de fausses identités, qui pourraient ensuite être utilisées pour franchir illégalement les frontières. «Notre objectif était d’accroître les capacités des autorités frontalières à contrer les menaces émergentes en matière de vérification des documents et des identités (par exemple, la falsification de documents ou la modification de visages) tout au long du cycle de vie de l’identité aux points de passage frontaliers, automatisés et manuels, et dans le processus de délivrance de documents authentiques», fait remarquer le coordinateur du projet, Armin Reuter. D4FLY a exploré de nouvelles technologies permettant d’améliorer le processus de vérification des documents et des identités, jetant ainsi les bases d’un passage des frontières plus fluide pour les voyageurs.

Technologie d’IA pour la vérification de l’authenticité des documents

Exploitant les récents développements de la technologie de l’IA, les chercheurs ont mis au point des outils qui détectent automatiquement les anomalies dans les documents de voyage. Par exemple, une application récemment développée par D4FLY permet à un garde-frontière d’analyser les éléments de sécurité des passeports. En s’appuyant sur la technologie de la chaîne de blocs, il est également possible de lire et de créer des données d’historique de contrôle des passeports en lien avec des contrôles antérieurs. Combinant la technologie de l’IA et de la reconnaissance optique de caractères, l’application détecte les tampons, vérifie leur authenticité, lit leur contenu (tel que les dates d’entrée et de sortie) et en déduit les déplacements du titulaire. «Notre nouvel outil permet de réduire les temps d’inspection. Les fonctionnaires n’ont plus besoin de passer au crible et d’évaluer manuellement les tampons des passeports pour déterminer les pays qu’un voyageur a visités, la durée du voyage et l’ordre des lieux visités», fait remarquer Armin Reuter.

Vérification de l’identité à l’aide d’un smartphone

Le deuxième cas d’utilisation concerne une application smartphone conviviale qui vérifie l’identité des passagers, leur évitant ainsi de devoir descendre du bus. L’application utilise un système d’identité numérique distribué pour le stockage et la récupération des données. «Les voyageurs doivent s’inscrire à l’avance dans des kiosques spéciaux où leur passeport est lu et où une photo est prise. Le système d’enregistrement envoie les données sur les smartphones des gardes-frontières agréés. Lorsqu’un bus atteint les frontières, les agents passent simplement dans le bus et utilisent l’application smartphone dédiée pour vérifier l’identité des passagers en comparant l’image prise à ce moment-là avec l’image stockée», explique Armin Reuter. Des informations supplémentaires, telles que les données enregistrées du passeport, sont également affichées dans l’application.

Couloirs biométriques pour la vérification d’identité en mouvement

Pour les contrôles aux frontières dans les aéroports ou les terminaux de croisière, où de nombreux passagers arrivent par vagues, D4FLY a développé un prototype de couloir de vérification d’identité biométrique permettant des contrôles d’identité en mouvement. La solution combine des technologies biométriques, telles que la reconnaissance d’images faciales en 3D, la vérification de l’iris et l’analyse du type de corps à partir d’images du corps entier prises pendant que les voyageurs traversent le couloir. Les informations recueillies dans le couloir sont comparées aux données de référence stockées. Si elles correspondent, les voyageurs n’ont même pas à s’arrêter. Ce système, basé sur la biométrie multimodale, permet de réduire considérablement les longues files d’attente dans les aéroports et les ports. Les voyageurs soumis à ce processus de vérification devront s’inscrire volontairement au prototype du kiosque libre-service D4FLY. Des technologies de détection des attaques par présentation ont également été développées pour empêcher l’enregistrement de fausses identités. D4FLY a contribué à améliorer la qualité de la vérification d’identité aux postes frontières. Les partenaires du projet ont collaboré avec les utilisateurs finaux, recueillant des commentaires utiles sur les aspects sociaux afin de valider les technologies proposées et de mieux répondre aux besoins des utilisateurs.

Mots‑clés

D4FLY, frontière, document, chaîne de blocs, vérification d’identité, biométrie, points de passage frontaliers, reconnaissance optique de caractères

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application