Skip to main content
European Commission logo
français français
CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Promoting Archaeological Science in the eastern Mediterranean

Article Category

Article available in the following languages:

Quand la science avancée rencontre l’archéologie en Méditerranée orientale

Située à cheval entre l’Europe et le Moyen-Orient, Chypre est une source infinie d’informations culturelles du passé. Des chercheurs européens ont révolutionné l’archéologie dans la région.

Société icon Société

Cela fait bien longtemps que l’archéologie ne consiste plus à se lancer à la recherche d’objets façon Indiana Jones ou à mettre au jour des monuments anciens et des cimetières, sous le parrainage d’acteurs privés, dans le but de déterrer de jolis artéfacts destinés aux musées ou aux collections. De nos jours, on dirait qu’il s’agit davantage d’une entreprise ambitieuse et mondiale visant à comprendre les sociétés du passé et leurs interactions avec leur environnement au fil de la longue histoire de l’humanité, avec autant de recherches menées en laboratoire que sur le terrain. C’est dans ce contexte que le projet Promised, financé par l’UE, s’est concentré sur la mise en place d’un réseau d’excellence à trois nœuds consacré à la bioarchéologie et à la science des matériaux archéologiques au sein de la Chaire A.G. Leventis en sciences archéologiques au Cyprus Institute (CyI). Leurs partenaires de projet étaient les centres de recherche avancée en archéologie de la KU Leuven et de l’université de Cambridge, chefs de file sur la scène internationale.

Un réseau international durable pour la recherche bioarchéologique

Le consortium s’est attaché à améliorer son programme de doctorat afin de mieux s’aligner sur le processus de Bologne et les normes européennes pour l’enseignement supérieur, ainsi que sur l’organisation de la formation à la recherche et des activités d’encadrement en vue d’instaurer une communauté de pratique. Le projet comprenait également des événements de formation publique tels que des universités d’été et des cours de formation spécialisée, ainsi que le partage des meilleures pratiques à l’échelon régional. En outre, il visait à sensibiliser le grand public par le truchement d’activités destinées aux communautés souvent privées de ces opportunités, notamment les malvoyants, et au moyen de publications scientifiques. «Nous avons été vraiment impressionnés par la vaste expertise sur laquelle nous avons pu compter, et nous sommes très reconnaissants de l’engagement collégial exceptionnel de nos partenaires de renom envers le projet, qui transcende les exigences fixées par la convention de subvention», déclare Thilo Rehren, coordinateur du projet. «Cambridge et Leuven sont fières d’avoir pu contribuer à définir la trajectoire d’un partenaire aussi exceptionnel, et nos collègues nous ont également beaucoup appris sur la science archéologique en Méditerranée orientale, tout en jetant les bases de futures initiatives de collaboration et interdisciplinaires passionnantes», ajoute Cyprian Broodbank, professeur à l’université de Cambridge et partenaire du projet.

Un héritage pour l’archéologie de demain

Bien que la pandémie de COVID-19 ait posé un défi aussi important qu’inattendu pour le développement du projet, elle a étonnamment contribué à son développement imprévu. «Le passage à un format en ligne pour les cours a été une expérience très enrichissante, car au lieu de compter un maximum de 50 participants physiques, un cours de formation destiné aux archéologues de terrain a littéralement pu être suivi par des milliers de personnes», explique Thilo Rehren. «Ces cours sont désormais disponibles en ligne pour les années à venir, ce qui n’est pas possible avec le format traditionnel en présentiel.» Le principal héritage de l’équipe est de continuer à organiser les universités d’été annuelles sur l’archéologie à Chypre, qui ont rencontré un franc succès auprès des jeunes chercheurs de la région de la Méditerranée orientale et du Moyen-Orient (EMME), qui ne sont souvent pas en mesure de se rendre en Europe centrale ou du Nord pour suivre de tels cours. De même, l’équipe maintiendra le congrès triennal International Congress on Archaeological Sciences in the EMME et continuera également à construire des ressources en ligne open source en science archéologique, telles que SrIsoMed, sous l’égide de la Chaire A.G. Leventis en sciences archéologiques. L’équipe ambitionne d’élargir ses réseaux professionnels grâce à de nouvelles collaborations et à transformer CyI en un pôle régional pour les sciences archéologiques. Les membres de l’équipe poursuivront l’intégration des nombreuses disciplines scientifiques pertinentes dans une approche «Une seule science» pour le bien de la recherche archéologique et d’une compréhension plus approfondie de l’espèce humaine, une approche également profondément ancrée dans les principes d’accès ouvert et de données ouvertes.

Mots‑clés

Promised, archéologie, Chypre, Méditerranée orientale, bioarchéologie, enseignement supérieur, réseau d’excellence, communauté de pratique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application