Skip to main content

The European Advanced Translational Research Infrastructure in Medicine

Article Category

Article available in the folowing languages:

De nouveaux horizons pour la recherche translationnelle en médecine

La mise en place d'une infrastructure regroupant des installations de recherche translationnelle et de développement de premier plan devrait permettre de transposer la recherche biomédicale en de nouvelles thérapies. Une telle infrastructure facilitera le processus de développement de médicaments et d'autres produits médicaux qui représentent des besoins médicaux non comblés et améliorera la qualité de vie des européens.

Santé

Dans toute l'Europe, on assiste à un accroissement de l'incidence de cancers, de maladies cardiovasculaires et d'autres maladies comme la maladie d'Alzheimer en raison de l'accroissement de l'espérance de vie et de notre nouvelle manière de vivre. Dans le même temps, les coûts de développement ont considérablement augmenté et l'innovation s'est ralentie. Il est donc indispensable de développer de nouvelles technologies, de nouveaux produits et de nouvelles options thérapeutiques, innovantes et moins chères. Pour atteindre cet objectif et générer ces nouvelles solutions, les résultats de la recherche fondamentale doivent être transposés en applications cliniques. Les découvertes de la recherche biomédicale restent malheureusement trop souvent confinées dans les laboratoires et les revues scientifiques au lieu de générer de nouvelles options thérapeutiques ou diagnostiques majeures. L'accélération et l'optimisation de ce processus de transfert constituent justement l'objectif principal du projet EATRIS («European Advanced Translational Research Infrastructure in Medicine»). Les partenaires du projet ont voulu créer une infrastructure de recherche translationnelle européenne qui soit compétitive sur le plan mondial tout en restant pérenne d'un point de vue opérationnel après la période initiale de financement. Ils ont conçu cette infrastructure pour offrir à la communauté scientifique de recherche biomédicale en recherche translationnelle un accès libre à des installations de premier plan. Pour atteindre ses objectifs, EATRIS a noué des liens avec les utilisateurs du milieu universitaire, du secteur public et de l'industrie, créant ainsi un consortium solide regroupant les centres européens de recherche translationnelle. Le consortium a pu surmonter la fragmentation actuelle de la recherche en mettant sur pied des équipes multidisciplinaires performantes, favorisant l'échange des connaissances et la standardisation dans ce domaine. Cet échange a été favorisé par la formation de la prochaine génération de chercheurs spécialisés dans la recherche translationnelle et la mise en place de partenariats solides entre l'université et l'industrie. Globalement, le projet a permis de réunir le potentiel d'installations conçues pour prendre en charge les découvertes biomédicales et les développer jusqu'à l'étape des premières études cliniques sur l'homme. Cette infrastructure a réuni des installations de recherche translationnelle de pointe telles que des modèles animaux pour les phases précliniques, l'imagerie à haute résolution pour la validation clinique ainsi que le dépistage des petites molécules afin d'identifier de nouveaux candidats médicamenteux. EATRIS met également à disposition des installations de pointe s'appuyant sur un équipement coûteux, notamment un cyclotron. Parmi les autres services fournis par le projet, on peut également citer la production de traceurs diagnostiques, le développement de traitements performants en plus des technologies «-omique» de dépistage de nouveaux biomarqueurs ou la médecine personnalisée. Les partenaires du projet ont vanté les différentes capacités et le potentiel de cette nouvelle infrastructure dont le site opérationnel de coordination et de support est maintenant situé à Amsterdam (Pays-Bas) par plusieurs activités de diffusion comme la publication d'articles, l'organisation de conférences ou le lancement d'un site internet exhaustif. Cette infrastructure de recherche translationnelle contribue donc à améliorer notre santé et notre qualité de vie.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application