Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Utiliser les modèles murins pour mieux comprendre la santé et les maladies humaines

La souris est similaire à l'être humain en termes de développement, de physiologie et de génome. Des chercheurs européens ont donc développé des modèles de souris mutantes pour étudier les gènes impliqués dans l'ensemble des maladies humaines.

Recherche fondamentale
Santé

Le projet INFRAFRONTIER-I3, financé par l'UE, a conservé et fourni des modèles murins aux communautés de chercheurs concernées, en Europe et dans le reste du monde. De nouveaux modèles de maladie ont été développés, phénotypés et archivés, et sont maintenant disponibles dans l'Espace européen de la recherche (ERA) et au-delà. L'initiative comportait un accès gratuit aux lignées et aux phénotypages ainsi que la fourniture de souris exemptes de germes. Elle a mis au point des procédures opérationnelles normalisées pour le phénotypage et la cryopréservation, et assuré des formations dans ces deux domaines. De nouvelles lignées ont été stockées dans l'European Mouse Mutant Archive (EMMA). Des souches ont été transmises depuis toute l'Europe, avec une contribution majeure de l'Allemagne, de la France et du Royaume-Uni. Le consortium INFRAFRONTIER-I3 était composé de 23 partenaires répartis dans 16 pays, dont un total de 16 nœuds EMMA représentant 14 pays. Le projet constituait un effort collaboratif, comportant des appels à proposition transnationaux pour des projets de production de souris. Les propositions les plus prometteuses se sont traduites par le développement de 29 nouveaux modèles murins de maladies humaines, couvrant un large éventail de domaines de recherche comme le cancer et le diabète, entre autres. Ces ressources et services, qui ont été comparés à ceux d'autres banques murines majeures, comprenaient l'archivage libre des souris dans l'EMMA, un service de commande de souris, et la production et le phénotypage de souris pour les chercheurs européens. Une fonction a également été mise en place pour rechercher les souches EMMA par type, gènes et maladies humaines. Au final, 1 215 nouvelles lignées de souris mutantes, comportant 6 000 souris mutantes, ont été archivées dans l'EMMA, ce qui en fait la troisième banque murine. Cette ressource unique permettra aux chercheurs européens d'étudier les mécanismes moléculaires à l'origine des maladies et des solutions thérapeutiques. Les efforts d'INFRAFEONTIER-I3 favoriseront une approche mieux coordonnée entre les exploitants d'infrastructure, les utilisateurs, les autorités publiques et des initiatives mondiales telles que l'IMPC (International Mouse Phenotyping Consortium). En outre, une interaction plus étroite entre les chercheurs facilitera un partage plus large des connaissances et des techniques entre les domaines scientifiques, ainsi qu'entre l'université et l'industrie.

Mots‑clés

Modèles murins, maladies humaines, INFRAFRONTIER-I3, phénotypage, European Mouse Mutant Archive

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application