Skip to main content

Studies on some herbal additives giving partial protection against toxic or immunosuppressive effects of some mycotoxins and improving wound granulation

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des remèdes à base de plantes pour les mycotoxines dans l'alimentation des animaux d'élevage

La contamination des aliments par des mycotoxines peut avoir des effets négatifs sur la santé des animaux, ce qui constitue un problème courant dans l'élevage d'animaux. Une recherche européenne a évalué des composés naturels à base de plantes pour leurs capacités protectrices contre la toxicité.

Technologies industrielles
Alimentation et Ressources naturelles
Recherche fondamentale
Santé

Les mycotoxicoses chez les animaux d'élevage entraînent des taux de mortalité élevés à cause des infections bactériennes causées par les effets immunodépresseurs des mycotoxines. Par exemple, une mycotoxine particulièrement répandue touche les reins des cochons et des poulets, ce qui réduit leur gain de poids et fait baisser la qualité de la viande des animaux affectés. Le projet HERBAL PROTECTION, financé par l'UE, a cherché à évaluer des méthodes pour améliorer la sécurité des aliments contaminés par des mycotoxines néphrotiques pour réduire les pertes économiques. L'objectif était de tester la capacité de plantes particulières aux effets protecteurs connus sur les reins et le foie de limiter les dégâts liés aux mycotoxines. Initialement, 16 extraits de plantes ont été sélectionnés et analysés pour la présence de constituants bioactifs et leur potentiel antioxydant. Les herbes sélectionnées affichent plusieurs activités importantes: peroxydation anti-lipidique; récupération d'oxyde nitrique; récupération de radical hydroxyle spécifique d'un site; récupération de radical hydroxyle non spécifique d'un site. L'analyse phytochimique de ces plantes a révélé un contenu phénolique dans une fourchette de 60 à 85% et un contenu en flavonoïdes dans une fourchette de 30 à 70%. À partir de ces résultats, sept plantes ont été analysées plus en profondeur pour leur efficacité contre les mycotoxines. Différentes approches de formulation ont été utilisées pour augmenter la solubilité et l'absorption orale des extraits de plantes. L'objectif était d'augmenter leur biodisponibilité et leur activité thérapeutique. Une large gamme de tests enzymatiques et non-enzymatiques in vivo et ex vivo ont révélé les effets protecteurs de certaines plantes contre la toxicité induite par les mycotoxines. Les plantes Tinospora cordifolia, Glycyrrhiza glabra, Centella asiatica, Withania somnifera and Silybum marianum ont démontré leur effet protecteur chez les poulets contre les divers effets toxiques des mycotoxines. L'effet hépatoprotecteur de Tinospora cordifolia et Glycyrrhiza glabra était plus fort lorsque les poulets recevaient également Glycyrrhiza glabra. Les effets fortement immunodépresseurs des toxines sur la réponse immunitaire humorale contre la maladie de Newcastle était complètement évités chez les oiseaux qui avaient reçus les additifs à base de plantes Withania somnifera ou Silybum marianum. L'étude HERBAL PROTECTION a apporté un soutien expérimental à l’utilisation sécurisée des herbes testées et la manière adéquate de les mélanger dans des aliments contaminés par des mycotoxines. De manière importante, les mêmes extraits de plantes présentaient un potentiel radioprotecteur significatif dans plusieurs tests in vitro et in vivo.

Mots‑clés

Mycotoxine, élevage d'animaux, rein, HERBAL PROTECTION, foie, extrait de plante

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application