Skip to main content

Low Energy And Near to zero emissions Ships

Article Category

Article available in the folowing languages:

Construire les navires de demain, écoénergétiques et à faibles émissions

Le projet LeanShips, financé par l’UE, a fait évoluer toute une gamme de technologies écoénergétiques et à faibles émissions, destinées au transport maritime, de la phase de projets de recherche à de véritables innovations prêtes à être commercialisées.

Transports et Mobilité
Énergie

90 % des échanges mondiaux étant effectués par voie maritime, nous faisons face à un besoin de plus en plus pressant de réduire le niveau des émissions générées par les flottes du monde entier. Une façon de rendre les navires, existants et nouveaux, plus efficaces et moins polluants consiste à mettre au point des solutions prêtes à être mises sur le marché. Rassemblant des fournisseurs, des concepteurs et des constructeurs de bateaux ainsi que des instituts de recherche et des utilisateurs finaux qui en exploitent, le projet LeanShips (Low Energy And Near to zero emissions Ships), financé par l’UE, a permis de faire progresser toute une gamme de technologies écoénergétiques et à faibles émissions, de la phase de projets de recherche à de véritables innovations prêtes à être lancées sur le marché. «Dans le cadre de LeanShips, nous avons eu la possibilité de mettre sur le marché des technologies développées lors de recherches antérieures et de démontrer leur viabilité de manière convaincante», indique Pieter Huyskens, coordinateur de projet et responsable de la recherche et du développement chez Damen Shipyards Group, partenaire principal du projet. «Plus important encore, nous avons montré comment ces technologies pouvaient réduire l’empreinte environnementale du secteur des transports maritimes et, à terme, permettre de créer de meilleurs navires et un monde meilleur.»

Montrer que ces technologies sont prêtes à être lancées sur le marché

Grâce à sept démonstrateurs, les chercheurs de LeanShips ont montré comment les technologies et les idées développées dans des projets de recherche antérieurs tels que BESST, JOULES et GRIP pouvaient être appliquées aux besoins réels des utilisateurs. «C’est cool de voir comment chacun de ces démonstrateurs s’appuie sur l’expérience d’anciens projets collaboratifs, chacun d’entre eux profitant des nouveaux domaines d’expertise que les nouveaux partenaires apportent au consortium», explique M. Huyskens. L’idée soutenant les démonstrateurs du projet consistait à faire le pont entre les technologies vertes développées au cours des projets antérieurs et leur adoption à grande échelle par le marché. «Chacun des démonstrateurs de LeanShips visait à prouver la fiabilité d’une technologie, son efficacité à atteindre certains objectifs en matière d’énergie et d’émissions ainsi que les gains économiques que son adoption permet de réaliser», indique M. Huyskens. Les démonstrateurs concernaient, entre autres, l’emploi de méthanol comme carburant de substitution, l’extension de l’utilisation de dispositifs d’économie d’énergie aux navires équipés d’une hélice à pas variable, et l’adoption d’une approche globale pour réduire les émissions des navires transportant des passagers. La conception d’un remorqueur puissant, polyvalent et écoénergétique a suscité un intérêt particulier. Grâce à une nouvelle forme de coque, le bateau jouit d’une meilleure maniabilité à grande vitesse – une caractéristique cruciale quand il s’agit de travailler dans des ports européens de plus en plus encombrés. «Avec l’arrivée de navires encore plus gros dans nos ports, les remorqueurs doivent avoir davantage de puissance et être capables de manœuvrer dans un espace plus restreint», explique Robert van Koperen, ingénieur mécanique chez Damen Shipyards Gorinchem. «Cette nouvelle forme de coque nous permet de mieux répondre aux exigences des ports actuels.»

Des difficultés et des réussites

Tout n’a pas été facile pour les chercheurs du projet. Beaucoup de démonstrateurs s’approchant de la phase de commercialisation, ils étaient de fait extrêmement vulnérables aux fluctuations du marché. Par exemple, lorsque la crise pétrolière et gazière a éclaté à mi-projet, cela a eu un impact considérable sur le bilan de rentabilité concernant l’utilisation du gaz naturel comme combustible marin, et les chercheurs ont dû s’adapter en conséquence. Cela dit, M. Huyskens se montre extrêmement fier de ce qui a été accompli dans le cadre du projet: «Grâce à notre consortium diversifié et pluridisciplinaire, nous sommes parvenus à démontrer le potentiel de toute une gamme de technologies vertes innovantes. Ce faisant, nous avons également montré ce que l’Europe est capable d’accomplir lorsque nous travaillons ensemble.»

Mots‑clés

LeanShips, navires, transport, faibles émissions, écoénergétique, Damen Shipyards Group, BESST, JOULES, GRIP, technologie verte

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application