Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Contrôler la contagion de la tuberculose bovine

L'UE a financé un projet visant à développer des stratégies pour éradiquer la tuberculose dans le bétail. Cette démarche a été possible grâce à une meilleure compréhension des modes de transmission des espèces hôtes.

Santé

Aussi bien les animaux domestiques que sauvages sont vulnérables au bacille Mycobacterium bovis, responsable de la tuberculose bovine (TB). L'infection peut avoir de sérieuses conséquences économiques, provoquant la mort des animaux infectés et diminuant fortement la production. La maladie peut également être transmise à l'homme. C'est à ce moment qu'entre en jeu le projet TB-STEP («Strategies for the eradication of bovine tuberculosis»). L'éradication de la TB bovine a généralement été menée par une politique de tests et d'abattage, générant souvent des résultats mitigés. Cette politique s'est avérée fructueuse dans certains pays de l'UE, mais dans d'autres, elle s'est soldée par un véritable échec malgré l'application de ressources financières majeures. L'un des problèmes est l'existence d'animaux sauvages infectés, tels que les blaireaux au Royaume-Uni et en Irlande ou le sanglier en Espagne. La vaccination orale des blaireaux et des sangliers avec le bacille Calmette-Guérin a entraîné des diminutions d'infection pour les deux espèces. Les scientifiques ont également isolé et caractérisé des antigènes M. bovis responsables de la production d'anticorps, pouvant être utilisés dans des tests d'immunité et des vaccins-candidats. Les chercheurs ont développé de nouveaux outils pour l'identification de la surabondance des animaux sauvages et le suivi de l'impact des changements de gestion dans les indicateurs de maladies et la population. Une analyse sur les facteurs de risque des pratiques actuelles de gestion de la vie sauvage dans les habitats méditerranéens a été menée, notamment sur le risque attaché à la consommation de charognes et de gibier. Les scientifiques ont examiné la diversité des souches de TB et les preuves de transmission de l'infection entre le bétail et les blaireaux. Les modèles mathématiques basés sur les études sur le terrain ont été utilisés pour quantifier le risque de TB posé par les différentes espèces sauvages. Les modèles ont été utilisés pour déterminer l'efficacité des stratégies de contrôle de maladies, dont leur sensibilité aux conditions environnementales locales. Le projet TB-STEP permettra de stopper la transmission de la TB des animaux sauvages aux animaux domestiques et à l'homme. L'initiative permettra d'empêcher l'abattage d'animaux, de protéger la santé humaine et de réduire les pertes économiques.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application