Skip to main content

European Cultural Heritage Identity Card

Article Category

Article available in the folowing languages:

La préservation du patrimoine – de la documentation à l'intervention

Un projet financé par l'UE a évalué différents aspects de la préservation du patrimoine, en particulier l'exposition au risque, pour définir les priorités de réparation appropriées. L'effort accompli pour inventorier l'ensemble des biens des principaux sites historiques et artistiques dans 11 pays européens aidera à entretenir notre patrimoine culturel.

Technologies industrielles

Rappel de notre histoire et soutien de l'industrie du tourisme, le patrimoine culturel européen, comme les bâtiments et les monuments, est crucial pour préserver notre identité. La préservation de notre héritage requiert un effort formidable pour cataloguer et documenter des structures et des sites notables. Cette tâche a été entreprise par le projet EU CHIC (European cultural heritage identity card). L'équipe du projet a cherché un moyen efficace de compiler et de stocker les données sur chaque bien et structure en vue des opérations d'entretien, de conservation et de réhabilitation. Un concept de gestion des données, appelé le protocole Chiceberg, a été mis au point. S'appuyant sur l'idée d'un iceberg flottant, le modèle répartit les données des biens patrimoniaux en trois niveaux: des données générales, un réservoir de connaissances et des données d'aide à la décision. Douze partenaires et six membres du comité consultatif, issus de 16 pays, ont documenté différents systèmes d'information et identifié les prochaines priorités de recherche en rapport à la préservation du patrimoine culturel. Ce travail a impliqué également une analyse des méthodologies d'évaluation des risques, accompagnée d'une documentation des risques majeurs. Les chercheurs ont également élaboré les lignes directrices du modèle Chiceberg et les ont publiées en 12 langues différentes. Pour tester les lignes directrices et le concept de protocole, les partenaires ont préparé des études de cas sur les bases d'un modèle Chiceberg de niveau 1 prédéfini. L'équipe du projet a en outre développé des critères et indicateurs précis concernant l'évaluation de la résilience. En plus de consolider toutes ses recommandations et stratégies, elle a souligné la façon d'améliorer l'évaluation de l'action du temps sur les biens patrimoniaux. Les résultats ont été dévoilés via le site Internet du projet et ont été publiés sous différentes formes. Ils ont également été abordés lors d'une conférence internationale en Croatie et lors d'ateliers en Autriche et en Slovénie. Dans l'ensemble, le projet EU-CHIC a contribué à créer de nouvelles initiatives concernant la surveillance et l'inspection régulières des bâtiments et monuments historiques dans les pays concernés par le projet. Les représentants de chaque pays ont ainsi instauré des liens de coopération avec leurs gouvernements et les responsables de la sauvegarde du patrimoine culturel. Les pays voisins pourraient également utiliser le programme. À long terme, les recommandations du projet pourraient faire économiser de l'argent aux autorités en charge de la protection de ces biens et contribuer à la préservation d'une partie importante de l'histoire européenne.

Mots‑clés

Préservation de l'héritage, sites culturels et historiques, patrimoine culturel

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application