Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

«La décision concernant l'avenir de Galileo sera prise d'ici l'automne», déclarent les ministres

Lors de leur réunion au Luxembourg le 8 juin, les ministres européens des transports ont appelé la Commission européenne à fournir davantage de détails sur les scénarios alternatifs de financement du projet européen Galileo de navigation par satellite, comprenant les diverses ...

Lors de leur réunion au Luxembourg le 8 juin, les ministres européens des transports ont appelé la Commission européenne à fournir davantage de détails sur les scénarios alternatifs de financement du projet européen Galileo de navigation par satellite, comprenant les diverses options pour un financement public. Les ministres se déclarent prêts à prendre une décision sur l'avenir du projet d'ici le début de l'automne. Le Conseil des transports a réaffirmé la valeur du réseau prévu de 30 satellites Galileo, lequel émettra des signaux radios aux récepteurs au sol, permettant ainsi aux utilisateurs de localiser des sites précis. Les ministres se sont accordés à l'unanimité pour poursuivre le projet comme prévu. Le déploiement de l'intégralité du système aura lieu avant la fin 2012. «Galileo est un pilier de la politique spatiale européenne. Grâce à lui, nous mettons en avant les efforts de l'Europe dans les domaines du voyage dans l'espace, de la technologie et de l'innovation avancées, et nous garantissons l'indépendance de l'Europe dans ce domaine de pointe», a déclaré le Ministre des transports allemand, Wolfgang Tiefensee. Galileo est une initiative conjointe de la Commission européenne et de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui devait initialement être financée par un partenariat public-privé. Mais le projet s'est heurté à un contretemps majeur en mai. En effet, les sociétés composant le consortium Galileo n'ont pas pu se mettre d'accord sur le partage des risques financiers impliqués dans le projet. Afin de sauver la situation, la Commission européenne a mis en place une feuille de route, présentant les scénarios de mise en oeuvre du projet. Le scénario le plus réaliste, selon la Commission, est que le secteur public prenne en charge la construction et le lancement du système, et comble le sous-financement résultant de l'échec du consortium privé. Cependant, la question qui persiste est la suivante: «Où trouver les 2,4 milliards EUR supplémentaires dans les caisses publiques?». Afin de répondre à cette question, les ministres ont appelé la Commission à fournir des scénarios alternatifs détaillés pour le financement du projet, couvrant toutes les options de financement du secteur public. Le Conseil a également chargé la Commission de définir l'exécution et la stratégie d'acquisition du secteur public, ainsi que sa structure de gestion. Il l'a également chargé de la mise au point de concepts pour l'opération et l'exploitation ultérieures de Galileo, impliquant le secteur privé lorsque nécessaire. Ces propositions seront abordées lors de la prochaine réunion du Conseil des transports, prévue pour septembre. Les ministres ont déclaré qu'ils prendront une «décision intégrée» concernant le financement et la mise en oeuvre de Galileo à ce point. «Le Conseil et la Commission disposent désormais d'un cadre de référence pour la voie future de la mise en oeuvre de Galileo, pour laquelle une décision devrait être prise cet automne. Nous créerons des fondations solides, qui nous permettront d'éviter davantage de retards, et de maintenir une charge financière limitée du secteur public», a déclaré M. Tiefensee.

Articles connexes