Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un test d’analyse de la respiration permet d’éviter l’abus d’antibiotiques

La résistance aux antimicrobiens est une menace sérieuse pour la santé publique mondiale, qui exige une action immédiate dans tous les secteurs gouvernementaux et dans la société. Afin de minimiser la consommation mondiale d’antibiotiques, un projet européen a développé un test d’analyse de la respiration non invasif qui fournit des informations en temps réel sur l’infection sous-jacente.

Santé

Les preuves qui s’accumulent indiquent que l’émergence de souches bactériennes résistantes peut être attribuée à l’utilisation peu judicieuse des antibiotiques. Sans antibiotiques efficaces, le succès d’une chirurgie lourde et d’une chimiothérapie peut être compromis. Les antibiotiques actifs contre les bactéries gram-négatives telles qu’Escherichia coli sont difficiles à développer, car ces bactéries ont des barrières efficaces contre les médicaments.

Un dispositif pour analyser la respiration

Pour résoudre ce problème, le projet BreathSpec, financé par l’UE, a mis au point un test respiratoire innovant pour le diagnostic précis des infections des voies respiratoires. «Notre objectif était de déterminer la signature respiratoire des patients qui n’ont pas besoin d’une ordonnance d’antibiotiques», explique la coordinatrice du projet, Emma Brodrick. L’appareil Breathspec® utilise la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de mobilité ionique, ou GC-IMS, pour l’identification et la quantification de signatures volatiles essentielles présentes dans l’air expiré et associées à la présence de bactéries. L’appareil permet une analyse non invasive sur le lieu d’intervention pendant que vous attendez. Cela permet au clinicien d’obtenir des résultats diagnostiques au moment du rendez-vous, ce qui évite un traitement inutile par antibiotiques. «L’aspect le plus important de Breathspec® est la confiance qu’il donne au clinicien prescripteur de ne pas prescrire d’antibiotiques», souligne Mme Brodrick. Pendant le développement du dispositif, les partenaires ont mené des études multicentriques en utilisant des patients atteints de pathologies connues afin d’obtenir des données caractéristiques et de générer des algorithmes permettant de séparer les infections bactériennes des infections virales. Ils ont également optimisé la conception vers un échantillonneur d’haleine plus léger et plus convivial pour le patient. Le dispositif a été validé chez plus de 1 200 patients atteints d’infections respiratoires présumées, provenant de milieux cliniques communautaires et hospitaliers. Les patients ont trouvé l’appareil confortable à utiliser et des commentaires positifs similaires sur la performance de Breathspec® ont été obtenus de la part des médecins et des infirmières.

L’impact du dispositif Breathspec®

Le projet BreathSpec a repoussé les limites de la technologie de pointe en transformant l’analyse des composés organiques volatils en laboratoire en une solution sur le lieu d’intervention pour le problème mondial de la résistance aux antimicrobiens. Il s’agit actuellement du seul analyseur d’haleine portable disponible dans le commerce capable d’être déployé de manière robuste au chevet des patients pour l’analyse des traces. L’utilisation du dispositif Breathspec® est susceptible de réduire la prescription d’antibiotiques de plus de 30 % en ce qui concerne les infections des voies respiratoires. Cela dépasse largement l’objectif prévu par le gouvernement du Royaume-Uni de réduire de 15 % l’utilisation des antibiotiques chez l’homme d’ici 2024. Les prochaines étapes sont l’obtention du marquage CE de Breathspec® en tant que dispositif de diagnostic in vitro et la validation des résultats de l’étude pilote dans un essai contrôlé randomisé. L’adoption du dispositif Breathspec® comme test de diagnostic des infections des voies respiratoires, dans l’environnement médical, se fera donc en moins de cinq ans. Compte tenu du fait que seulement deux nouvelles classes d’antibiotiques ont été mises sur le marché au cours des 30 dernières années, combiné à l’épidémie croissante de résistance aux antimicrobiens, il existe un besoin urgent de solutions efficaces. «Il s’agit d’un moment passionnant pour IMSPEX. Le développement d’un test respiratoire non invasif pour améliorer la gestion des antibiotiques dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens est vraiment inspirant», conclut Mme Brodrick. Il est important de noter que le dispositif contribuera à réduire le nombre de pneumonies extrahospitalières et le coût élevé d’une hospitalisation ultérieure.

Mots‑clés

BreathSpec, analyse de la respiration, antibiotique, dispositif, résistance antimicrobienne, infection des voies respiratoires, diagnostic, test respiratoire, composé organique volatil

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application