Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des bateaux conviviaux à la recherche des polluants des eaux dans les rivières et les lacs européens

Un projet financé par l’UE a mis au point des bateaux «intelligents» pour mesurer et tracer les polluants des eaux dans les rivières et les lacs européens.

Économie numérique
Technologies industrielles
Alimentation et Ressources naturelles

La qualité de l’eau constitue un indicateur essentiel de la santé des écosystèmes des rivières, mais un très grand nombre de cours d’eau européens ne présente pas un «bon état écologique». Des données fiables sur l’eau, obtenues en temps réel à partir de capteurs, servent de base de connaissance pour permettre de lutter efficacement contre la pollution à l’échelle du bassin. Malgré des milliards dépensés pour des tests sur la qualité de l’eau, les approches actuelles de surveillance sont dépourvues d’une résolution spatiale et temporelle, ce qui signifie que la pollution n’est pas suffisamment détectée ni traitée. Le projet INTCATCH, financé par l’UE, a exploité les avancées sur la technologie de surveillance pour mettre au point des bateaux «intelligents», rentables, conviviaux, automatisés et équipés de capteurs multiparamètres. Cette technologie n’a pas été construite à partir de rien; elle utilise plutôt des bateaux disponibles dans le commerce équipés de capteurs à bas coût.

Gérer l’eau intelligemment

Les stratégies conventionnelles de surveillance de la qualité de l’eau impliquent généralement le fait qu’un agent se rende sur le site et envoie un échantillon à un laboratoire, et pour lequel les résultats sont disponibles deux ou trois semaines plus tard. Cette approche peut aider à cartographier la pollution locale, mais elle a un impact limité sur l’amélioration de la qualité de l’eau dans une plus grande zone. «L’approche de haute technologie d’INTCATCH déplace des “laboratoires intelligents” flottants jusqu’aux rivières et aux lacs pour tester la qualité de l’eau, ce qui simplifie la surveillance et la localisation de la pollution», indique Mark Scrimshaw, coordinateur du projet. «Plutôt que de recourir à des experts, les citoyens ordinaires seront capables d’utiliser les bateaux pour recueillir eux‑mêmes des preuves et se renseigner sur l’état de santé de leur rivière locale», a‑t‑il ajouté. Les bateaux autonomes commandés par un dispositif radio portable fournissent un meilleur accès et une meilleure couverture des cours d’eau. Les capteurs innovants permettent de procéder à une surveillance et une modélisation mobiles en temps réel de la qualité de l’eau, ils détectent par exemple Escherichia coli et des pesticides. Les kits de test ADN de nouvelle génération apportent une analyse rapide et précise du génome des bactéries présentes dans l’eau. L’ensemble des preuves recueillies sont ensuite transférées au nuage et peuvent être traitées par un logiciel d’aide à la décision pour permettre aux communautés et aux autorités de prendre des décisions sur la manière d’aider au mieux la rivière.

Rattraper la technologie INTCATCH

Des activités de démonstration ont été axées sur l’analyse de la santé et de la qualité du réservoir d’eau stratégique du lac Yliki en Grèce, des eaux de surface à Berlin, des rivières urbaines à Londres et de la rivière Ter en Espagne. Les efflorescences algales, les matières solides suspendues et la turbidité du lac Yliki constituent quelques‑unes des problématiques qui doivent être résolues. Les grands ruissellements urbains transportant des polluants tels que du pétrole, des impuretés et des produits chimiques directement vers les rivières urbaines nuisent gravement à la qualité de l’eau. La conductivité accrue causée par les activités extractives de surface affecte négativement la qualité de l’eau de la rivière Ter. Les eaux usées provenant d’éviers de cuisine et de machines à laver, ou même d’une évacuation d’eau industrielle raccordée par erreur à la canalisation des eaux de surface constituent d’autres sources potentielles de pollution qui affectent les bassins versants. Ces polluants sont à l’origine de concentrations élevées d’ammoniac, de phosphate et de nitrate qui s’accumulent dans les rivières. Les données générées sur la qualité de l’eau seront stockées dans une base de données en ligne accessible à quiconque utilisant une interface web ou mobile. Les personnes pourront également interroger la base de données pour améliorer leur connaissance sur les écosystèmes aquatiques à proximité. Cette base de connaissance sera d’une valeur inestimable pour les parties prenantes dans la gestion efficace de l’eau.

Mots‑clés

INTCATCH, qualité de l’eau, rivière, pollution, capteurs, drone, bateau radiocommandé, logiciel d’aide à la décision

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application