Skip to main content

A rapid and cost-effective point-of-care diagnostic kit able to predict treatment response for appropriate Multiple Sclerosis management

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un test de diagnostic sur le lieu d’intervention permet de prédire la réponse au traitement contre la sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SP) est une maladie inflammatoire auto-immune qui touche des millions de personnes dans le monde. Afin de soutenir les efforts visant à trouver un remède, il est nécessaire de mettre au point des biomarqueurs capables de prédire la réponse au traitement.

Santé

La SP occasionne un fardeau socioéconomique considérable, avec des coûts de soins de santé dépassant 15 milliards d’euros uniquement en Europe. Bien que les thérapies modificatrices de la maladie semblent améliorer la qualité de vie des patients, environ 20 à 50 % d’entre-eux ne répondent pas favorablement au traitement prescrit.

Les modifications de la composition des microbiotes chez les patients atteints de SP

Pour répondre à ce problème, le projet ScleroTest financé par l’UE s’est concentré sur la manière dont le microbiome des patients souffrant de SP pouvait être exploité afin de prédire la réponse à la thérapie. Les chercheurs ont initialement réalisé une étude ambispective des patients atteints de SP faisant l’objet d’une surveillance de trois ans. L’analyse des microbiotes intestinaux a révélé un changement important de la biodiversité et de la composition des micro-organismes présents dans les fèces de ces patients, par rapport à des individus sains suivant un régime comparable. Étonnamment, la composition des microbiotes entre les patients répondant favorablement au traitement et ceux chez qui la thérapie n’avait aucun effet présentait des différences suite à l’administration d’un traitement modificateur de la maladie. «Cette découverte a clairement montré la corrélation entre les microbiotes intestinaux et l’efficacité des traitements contre la SP, et a constitué le point de départ du développement d’un kit de diagnostic capable d’identifier ces espèces bactériennes uniques», explique Laura Navarro, coordinatrice du projet.

Un kit de diagnostic en laboratoire pour l’analyse des microbiotes

Le kit de diagnostic in vitro ScleroTest a été conçu pour analyser l’ADN des espèces bactériennes uniquement présentes chez les patients atteints de SP, dans le but de prédire la réponse au traitement de ces individus. Il utilise la réaction en chaîne par polymérase (RCP) en temps réel pour amplifier et séquencer la région V3-V4 hypervariable du gène de l’ARN ribosomique 16S au sein des échantillons de selles des patients. Ce gène fait preuve d’une diversité de séquences génétiques considérable chez différentes bactéries, et permet l’identification de la communauté microbienne intestinale. ScleroTest fournit des résultats en deux heures environ, permettant aux professionnels de la santé de disposer d’une estimation précise de la manière dont le patient répondra à la thérapie. «Ainsi, en moins de 24 heures, les neurologues seront en mesure de décider de la meilleure approche de traitement pour chacun de leurs patients», insiste Laura Navarro. Plus important encore, le ScleroTest constitue un outil non-invasif et facile d’utilisation proposé à un tarif abordable, de manière à faciliter les prises de décisions basées sur des preuves pour les traitements. Il s’agit actuellement de la procédure la plus rapide du marché pour détecter l’inefficacité d’un traitement, permettant ainsi de changer rapidement l’approche thérapeutique.

Importance de ScleroTest et orientations futures

L’utilisation de ScleroTest au sein de la pratique clinique de routine pour les patients atteints de SP représentera un avantage pour les systèmes de soins de santé en évitant le recours à des traitements onéreux et inefficaces. Dans le même temps, cela améliorera la qualité de vie des patients souffrant de SP, et contribuera à une meilleure prise en charge de leur pathologie à travers une approche médicale précise. Les efforts actuels se focalisent sur l’optimisation clinique des algorithmes du logiciel utilisés pour détecter les espèces bactériennes et les corréler avec la progression de la maladie et avec la réponse à la thérapie. Cela devrait permettre d’améliorer la sensibilité et la spécificité du kit et de fournir une estimation plus précise et plus fiable des risques d’échec du traitement. À l’avenir, l’équipe souhaite améliorer les paramètres techniques du kit ScleroTest et développer plus avant le logiciel. Avant de pouvoir commercialiser le kit, les partenaires devront valider l’aspect clinique de ScleroTest, et l’outil devra obtenir le marquage CE nécessaire à tout dispositif médical de diagnostic in vitro. Laura Navarro prédit que, «notre technologie repose sur le rôle du microbiome humain dans la santé et la maladie; cette base pourra être transposée pour la prise en charge d’autres maladies.»

Mots‑clés

ScleroTest, SP, traitement, microbiotes, RCP, kit de diagnostic in vitro, médecine de précision

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application