Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des outils géospatiaux innovants pour dresser la carte des droits fonciers en Afrique de l’Est de manière plus rapide, simple et économique

En Afrique subsaharienne (ASS), la cartographie des millions de droits fonciers non reconnus représente un défi permanent. Une initiative de l’UE a fourni des outils de cartographie des terres répondant au besoin de cartographier rapidement des millions de droits fonciers.

Économie numérique

«Selon les estimations, plus de 70 % des droits de régime foncier ne sont pas cartographiés dans les pays en développement et les méthodes traditionnelles d’enquête sont trop lentes et trop coûteuses», observe Mila Koeva, coordinatrice du projet its4land, financé par l’UE. Les systèmes d’administration des terres en ASS sont confrontés à plusieurs difficultés, notamment des enregistrements incomplets d’actes et autres instruments de propriété dans les registres, ainsi que des litiges non résolus ou aggravés, qui compliquent les investissements à petite et à grande échelle. «Le besoin en innovations est évident si l’on veut s’attaquer rapidement et à moindre coût au défi de la réalisation d’une cartographie», commente Mila Koeva.

Les innovations des TIC jouent un rôle clé en matière de droits fonciers

Les partenaires du projet ont mis au point une suite innovante d’outils d’enregistrement du régime foncier basés sur les technologies de la géoinformation, qui répondent aux besoins des utilisateurs finaux, comme les communautés locales, les PME, les organisations non gouvernementales (ONG) et le gouvernement. Ces outils renforcent la collaboration stratégique existante entre l’UE et l’Afrique de l’Est. Les partenaires ont mené des activités de collecte de données, de pilotage et de démonstration au sein de communautés rurales en Éthiopie, au Kenya et au Rwanda. «Ces outils représentent une solution à l’immense défi consistant à dresser la carte de millions de droits fonciers non reconnus dans la région de l’ASS, de manière rapide et économique», remarque Mila Koeva. «Un grand nombre d’approches de l’enregistrement du régime foncier existantes, basées sur les TIC, ont échoué dans la région. Les litiges abondent, l’investissement est entravé et les communautés les plus pauvres sont lésées.» Les outils sont commercialisés en tant que produit ou service et proposés au public.

Une boîte à outils et des modèles d’administration des terres

Pour évaluer les besoins spécifiques des parties prenantes clés, les opportunités de marché et le niveau de préparation des utilisateurs finaux à l’enregistrement des informations de régime foncier, l’équipe its4land a organisé des visites de reconnaissance sur les sites et ateliers des trois pays. «Nous avons produit une des premières évaluations des besoins pleinement détaillées dans le domaine de l’administration des terres», ajoute Mila Koeva. Un outil logiciel nommé SmartSkeMa extrait les objets représentés par des symboles à partir d’une carte. Il est composé d’un modèle de domaine spécialisé et du langage visuel associé pour la réalisation de croquis, d’un système de reconnaissance et d’extraction automatique des objets dans les croquis cartographiques, et d’un système qui intègre les informations schématisées dans des jeux de données géoréférencés existants, à l’aide de représentations qualitatives. SmartSkeMa est avantageux pour les ONG, les organismes privés, les institutions de recherche et les organismes gouvernementaux qui utilisent des croquis dans le cadre de travaux dans le secteur foncier et celui des ressources naturelles. Les membres de l’équipe ont défini des directives d’acquisition des données pour les drones et ont conçu, testé et validé des flux de travaux personnalisables pour l’administration des terres. Ils ont publié des exigences légales et politiques concernant les flux de travaux d’acquisition des données par drone pour les trois pays. Trois drones ont été livrés aux pays cibles pour cartographier les propriétés foncières. Un outil open source reposant sur des images de télédétection, dont l’objectif est d’améliorer les procédures de cartographie actuelles en termes de coût, de temps et de précision, a été développé pour l’extraction automatique et interactive des limites cadastrales. La plateforme «Publish and Share», publier et partager prend en charge la mise en œuvre des tâches liées aux systèmes d’administration des terres. Elle exploite, intègre et diffuse les flux de travaux et fonctionnalités relatifs à l’administration des terres. Un modèle de gouvernance et de développement du renforcement des capacités soutient la mise en œuvre et l’évaluation des outils its4land, afin de répondre aux besoins des parties prenantes. Un modèle d’entreprise durable montre comment commercialiser l’ensemble des outils. «Les nouveaux outils de TIC et modèles connexes du projet its4land améliorent la cartographie des régimes fonciers en fournissant aux pays d’Afrique de l’Est des moyens plus rapides et plus économiques d’enregistrement des droits fonciers», conclut Mila Koeva. «Ils permettent autant aux communautés locales qu’aux gouvernements de statuer, de délimiter, d’étudier et d’enregistrer les informations relatives au régime foncier, qui, depuis trop longtemps, étaient indisponibles ou dissimulées.»

Mots‑clés

its4land, terres, droits fonciers, régime foncier, administration des terres, cartographie, ASS, Afrique de l’Est

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application