Skip to main content

LaserTrain

Article Category

Article available in the folowing languages:

Recourir aux lasers pour débarrasser les voies ferrées des débris

Pour accroître la sécurité du trafic ferroviaire, LaserTrain utilise une technologie laser pour retirer avec efficacité les feuilles et autres débris dangereux des voies ferrées.

Transports et Mobilité

Les feuilles qui tombent des arbres sont le signe irréfutable de l’automne. Mais pour les trains, elles signalent l’apparition d’un risque majeur pour la sécurité. En effet, lorsque les feuilles tombent sur les rails, elles peuvent devenir glissantes et causer le déraillement des trains lorsqu’ils tentent de freiner. «Rien qu’au Royaume-Uni, plus de 10 millions d’arbres se trouvent à proximité des voies ferrées, ce qui aboutit à des milliers de tonnes de feuilles tombant sur les rails», indique Ben Medendorp, directeur financier et commercial chez Laser Precision Solutions (LPS). «Lorsque vous multipliez cela par les centaines de milliers de kilomètres de voies ferrées que compte l’Europe, ce risque devient très réel.» La société LPS, basée aux Pays-Bas, a mis au point une méthode pour débarrasser les feuilles des voies ferrées à grandes vitesses: les lasers. Désormais, grâce au projet LT financé par l’UE, cette solution innovante se rapproche de son entrée sur le lucratif marché ferroviaire européen.

Résoudre un vieux problème

La technologie laser de LaserTrain est intégrée aux wagons de chemin de fer existants ou installée sur un wagon séparé, les deux étant tractés par des locomotives. Lorsque le wagon LaserTrain se déplace sur les rails, il utilise des impulsions lasers de haute intensité pour vaporiser la couche supérieure glissante. En retirant cette couche, le niveau de friction peut être conservé dans un état optimal tout au long de l’année, ce qui diminue le risque de glissade et accroît la sécurité globale des voies ferrées. «Les feuilles qui tombent, la rouille, l’huile et les débris créent une couche glissante sur les rails, ce qui diminue la force de friction entre les roues du train et les rails eux‑mêmes», explique Ben Medendorp. «En éliminant cette couche glissante, nous avons résolu un problème qui minait l’industrie ferroviaire depuis sa création au début des années 1800.» Après avoir testé un prototype de cette technologie sur une période de deux ans avec le Long Island Rail Road à New York, LaserTrain est désormais pleinement opérationnel 18 heures par jour à la vitesse de 40 km/h. En 2019, ce prototype a démontré une réduction de plus de 90 % du glissement sur une période de 12 heures après un nettoyage par LaserTrain, et une réduction de 67 % après 24 heures. «Au total, cela s’est traduit par une hausse de 2 % de la ponctualité et une amélioration significative de la sécurité tout en diminuant la maintenance», remarque Ben Medendorp.

Une voie toute tracée vers l’Europe

Grâce au soutien du financement de l’UE, LPS dispose désormais d’une voie toute tracée pour amener LaserTrain à des vitesses encore plus élevées en Europe — le plus gros marché ferroviaire au monde. «En atteignant des vitesses allant jusqu’à 120 kilomètres par heure, LaserTrain peut être utilisé pour nettoyer efficacement n’importe quelle voie ferrée d’Europe», ajoute Ben Medendorp. «Ce projet n’a pas seulement amélioré nos chances de vendre notre premier LaserTrain à grande vitesse en Europe, il nous a également conféré une flexibilité financière, un cadre juridique solide, ainsi qu’une meilleure compréhension des droits de propriété intellectuelle.» Même avec des budgets ferroviaires restreints du fait de la récession liée à la COVID‑19, Ben Medendorp et son équipe restent confiants dans les possibilités de commercialisation de LaserTrain. «L’un de nos arguments commerciaux majeurs repose sur le fait que nous n’améliorons pas uniquement la sécurité et l’efficacité des voies ferrées, mais que nous abaissons également leur coût total de propriété», fait remarquer Ben Medendorp. «Le fait de disposer de données provenant de deux années de nettoyage des rails au laser à New York nous a permis de le prouver, et les clients respectent ces informations.» De multiples opérateurs des voies ferrées envisagent déjà d’adopter LaserTrain, et l’entreprise entame actuellement des discussions concernant l’utilisation d’un prototype oui/non pour un LaserTrain allant à plus de 100 km/h. Si elles s’avèrent fructueuses, le projet démarrera à l’automne 2021.

Mots‑clés

LT, LaserTrain, ferroviaire, feuilles, rails, trains, sécurité, COVID-19

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application