Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une application personnalisée fournit des conseils alimentaires ciblés

Les personnes souffrant de troubles de l’alimentation ont souvent besoin de soutien aux moments critiques pour éviter les comportements alimentaires problématiques. Une application personnalisée, adaptée aux besoins individuels, a été mise au point pour délivrer des messages au moment où ils sont le plus nécessaires.

Santé

Les smartphones et les applications sont largement utilisés de nos jours pour effectuer de nombreuses tâches. Les applications de santé, par exemple, sont devenues de plus en plus populaires, permettant aux utilisateurs de surveiller, de soutenir ou de guider les comportements liés à la santé tels que l’activité physique ou l’alimentation. «Les smartphones sont toujours à portée de main», déclare Jens Blechert, coordinateur du projet SmartEater, psychologue clinique et de la santé au Centre de neurosciences cognitives et au Département de psychologie de l’Université de Salzbourg, en Autriche. «Les utilisateurs peuvent bénéficier des applications quand et où ils le souhaitent ou quand ils en ont besoin.» Cependant, pour profiter pleinement de ces opportunités, les applications doivent être adaptées précisément aux besoins individuels. Il s’agit d’un défi majeur, car ces applications sont généralement développées pour un large public.

Des applications mieux adaptées

Le projet SmartEater, soutenu par le Conseil européen de la recherche, a été lancé pour élaborer une application plus personnalisée, capable de prédire les comportements alimentaires potentiellement problématiques tels que l’hyperphagie boulimique. L’application a été conçue spécifiquement pour les personnes atteintes de boulimie mentale (BN) ou d’un trouble de l’hyperphagie boulimique (BED), et pour intervenir à point nommé en soutenant les individus grâce à des conseils rapides sur l’alimentation envoyés sur leurs smartphones. «Nous voulions adapter l’application aux routines quotidiennes individuelles ainsi qu’aux besoins spécifiques», ajoute Jens Blechert. «Pour ce faire, nous avons mis au point une application pour smartphone qui utilise un algorithme pour prédire les futurs comportements alimentaires problématiques, sur la base des données précédemment entrées dans l’application par l’individu.» Au cours de l’étude pilote, un groupe de participants a répondu à de courtes questions concernant leurs états émotionnels ainsi que des variables liées à l’alimentation et d’autres sujets connexes. Un algorithme a été développé pour prédire les «moments de risque» et pour intervenir à temps avant le moment prévu en envoyant une courte intervention (comme une astuce). «Dans notre étude pilote, nous avons pu évaluer la convivialité de l’application ainsi que son acceptabilité», explique Jens Blechert. «C’est très important. Si les utilisateurs aiment une application et pensent qu’elle est facile à utiliser, ils seront davantage enclins à l’utiliser. Cela améliore ainsi la précision des prédictions des comportements futurs, car davantage de données sont disponibles.»

Une aide personnalisée à portée de main

L’étude pilote a montré comment l’application SmartEater et son algorithme pouvaient calculer des modèles de prédiction pour chaque participant et envoyer des interventions sur les smartphones des utilisateurs. Ces prédictions basées sur des algorithmes pourraient fournir une aide salvatrice aux personnes atteintes de BN et de BED, en les encourageant à adopter davantage des comportements alimentaires sains et moins problématiques. «Dans l’application, les utilisateurs peuvent noter les interventions existantes», note Jens Blechert. «Cela influence la probabilité que ces conseils leur soient envoyés en tant qu’intervention.» Les astuces bien notées sont plus à même d’être envoyées que celles qui sont mal notées. En outre, les utilisateurs peuvent ajouter leurs propres interventions et astuces basées sur leurs propres expériences antérieures ou sur les conseils thérapeutiques qu’ils ont reçus. «En réalité, cela signifie que les utilisateurs peuvent personnaliser le contenu de l’application en fonction de leurs besoins individuels», ajoute Jens Blechert. Jens Blechert et son équipe souhaitent contribuer davantage au développement et à la recherche d’interventions adaptatives survenant à point nommé dans le domaine des troubles de l’alimentation. Une prochaine étape clé pourrait être d’intégrer les données en direct issues des capteurs des smartphones pour étendre la base de données pour les prédictions. «Le projet SmartEater a démontré comment les patients peuvent être soutenus par une technologie de smartphone dans leur vie quotidienne», dit-il. «J’imagine bien des applications comme la nôtre intéresser les thérapeutes ou les médecins et leurs patients ainsi que les compagnies d’assurance maladie. À l’avenir, par exemple, une application comme la nôtre pourrait être utilisée par les thérapeutes comme un outil pour faciliter la transition pré- ou post-traitement.»

Mots‑clés

SmartEater, boulimie, trouble de l’alimentation, smartphones, données, médecins, thérapeutes

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application