Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

La formation des employés augmente les économies d’énergie sur le lieu de travail

Une approche innovante pour changer le comportement sur le lieu de travail a permis de découvrir que la formation des employés aux méthodes d’économies d’énergie augmente considérablement les économies d’énergie sur le lieu de travail dans le secteur des aliments et des boissons.

Alimentation et Ressources naturelles
Énergie

Les économies d’énergie ne concernent pas que les bâtiments plus efficaces sur le plan énergétique ou les processus industriels rationalisés. Le projet INDUCE, financé par l’UE, a démontré que le fait de former le personnel et la direction d’une entreprise ainsi que de les impliquer dans des initiatives d’économie de l’énergie s’avère plus efficace, car elles changent la mentalité et les comportements sur le lieu de travail. «Nous avons conçu une approche différente à la formation, capable de s’adapter à chaque entreprise. L’idée consiste à créer une culture de l’énergie au sein des entreprises afin de renforcer l’efficacité énergétique», explique Gema Millán Ballesteros, coordinatrice du projet et responsable de projets technologiques à la Fondation CIRCE (Centre de recherche pour les ressources et la consommation énergétiques) à Saragosse, en Espagne. INDUCE a développé une plateforme en accès ouvert avec des matériels de formation et des leçons en ligne pour que les entreprises puissent améliorer leur efficacité énergétique. Toutefois, la clé pour faire des économies d’énergie à l’échelle de l’entreprise est le programme de formation centré sur la personne et spécifique à chaque entreprise présenté par le projet. Celui-ci débute par une évaluation énergétique de l’entreprise. Le projet a mis en œuvre ce système de formation afin d’améliorer la gestion énergétique et le comportement relatif aux économies d’énergie dans 15 entreprises pilotes en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne, qui représentent environ 45 % de l’industrie des aliments et des boissons de l’Union européenne, un grand secteur économique. «Nous avons effectué une analyse dans toutes les entreprises, car chaque participante à notre étude pilote était très différente: des entreprises de taille différente, grandes et petites, issues de secteurs différents dans le domaine des aliments et des boissons. Nous avons mené plusieurs enquêtes et entretiens, et nous avons travaillé auprès des dirigeants pour analyser la situation et les préoccupations énergétiques de l’entreprise, afin de combiner les modules de formation différemment en fonction de leurs besoins», explique Gema Millán Ballesteros.

Un système de formation centré sur la personne

Les cours ont été conçus pour trois niveaux distincts (directeurs généraux, responsables de service et employés en général); ils durent environ 20 heures sur deux ou trois jours, en fonction de la disponibilité des employés. Toutefois, l’encadrement au sein de l’entreprise est un facteur important. «Si un responsable de l’équipe dirigeante utilise ces connaissances pour promouvoir des initiatives liées à l’économie d’énergie auprès des employés, ces projets lui permettront plus facilement de parvenir à ses fins», explique Gema Millán Ballesteros. «Plusieurs entreprises ont conçu un plan d’action avec leurs employés en modifiant différents aspects de l’entreprise et en effectuant des investissements pour mettre en œuvre des mesures pour économiser de l’énergie», ajoute-t-elle. L’une des mesures les plus courantes a été la modification de l’éclairage. Une autre, qui ne requiert aucun investissement, consiste à ce que tous les employés éteignent les ordinateurs à la fin de la journée de travail. Quelque 641 employés ont participé à la formation proposée par le projet. Environ 63 formateurs, une moyenne de 15 pour chaque pays, ont été formés à cette méthode d’enseignement et continueront à travailler auprès des nouvelles entreprises. «Les formateurs étaient des experts en énergie qui ont dû être formés à cette approche centrée sur la personne», explique Gema Millán Ballesteros. «Cette approche innovante et la compréhension de la psychologie des utilisateurs peuvent s’avérer étranges à assimiler pour les techniciens dans un premier temps.»

Des économies en matière d’énergie et d’émissions dépassant les attentes

Les résultats ont largement dépassé les objectifs établis au début du projet. En appliquant cette formation, les entreprises participant à l’étude pilote ont économisé près de 20 millions d’euros par an. «Si ces résultats sont reproduits dans 300 entreprises, cela pourrait se traduire par des économies de l’ordre des 540 millions d’euros par an», explique Clara Lorente Almenara, gestionnaire du projet INDUCE et responsable du développement commercial à la Fondation CIRCE. Selon elle, le projet est parvenu à mettre en place quelque 490 mesures liées à l’efficacité énergétique, en économisant 554 gigawatts (GW) par heure et par an dans les entreprises pilotes: presque cinq fois plus que l’objectif du projet de 106 GW par heure en matière d’économies d’énergie primaire. En outre, environ 13,5 kilotonnes d’émissions de carbone par an auraient été évitées par les entreprises pilotes qui ont mis en œuvre la formation du projet, selon ses estimations.

Mots‑clés

INDUCE, énergie, formation, aliments et boissons, évaluation énergétique, efficacité énergétique, économies d’énergie, émissions de carbone, éclairage

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application