Skip to main content

Optical imaging of ocular pathology in Alzheimer’s disease

Article Category

Article available in the folowing languages:

À la recherche de signes révélateurs de la maladie d’Alzheimer dans les yeux

Une technique ophtalmologique utilisée pour examiner la rétine est à l’étude pour son potentiel dans le diagnostic et le suivi de l’évolution des maladies neurodégénératives.

Santé

Les maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer touchent 10 millions de personnes en Europe, et ce nombre devrait doubler d’ici 2030. Cependant, le diagnostic des maladies neurodégénératives reste complexe et les cas suspects ne peuvent être déterminés de manière concluante qu’en examinant le cerveau post-mortem. Une piste de recherche prometteuse consiste à utiliser des techniques ophtalmologiques pour rechercher des changements dans l’œil qui pourraient indiquer la présence d’une maladie neurodégénérative. C’était l’objet du projet OPTIMALZ, financé par l’UE. «Les choses qui se passent dans le cerveau peuvent également se manifester dans le tissu neural de l’œil, car l’œil fait partie du système nerveux central», explique Bernhard Baumann, coordinateur du projet. «Ainsi, ceux-ci peuvent être évalués de l’extérieur, dans des caractéristiques directement observables.» La technologie en cours de développement au laboratoire de Bernhard Baumann à l’Université médicale de Vienne est fondée sur la tomographie par cohérence optique (OCT) multifonctionnelle. Cette technique non invasive est analogue aux ultrasons, sauf qu’elle utilise la lumière au lieu des ondes acoustiques. L’OCT permet aux ophtalmologistes d’obtenir des images tridimensionnelles détaillées des microstructures de la rétine.

Visualiser les pathologies

Bernhard Baumann et son équipe ont étudié trois applications de l’OCT, examinant la rétine, le cristallin et le tissu cérébral de souris, ainsi que des échantillons histologiques de tissu cérébral humain. Ils ont recherché des changements dans les microstructures vasculaires et le flux sanguin, ainsi que des lésions et des dépôts de plaques amyloïdes caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, dans l’espoir de corréler la pathologie du cerveau avec des biomarqueurs dans les yeux. Au début, des indices indiquaient que les pathologies oculaires pouvaient être liées à des maladies neurodégénératives. Cependant, explique Bernhard Baumann, une image complexe a émergé: «Selon les modèles de souris, des changements ont parfois été observés dans la rétine, d’autres fois non. Il faut être très prudent dans l’interprétation des données.» Néanmoins, ajoute Bernhard Baumann, la technologie OCT a très bien fonctionné pour visualiser les pathologies des yeux et du cerveau, même si leur pertinence clinique n’était pas toujours claire: «C’est assez prometteur. Nous avons une bonne résolution en temps réel, nous pouvons voir de minuscules lésions.»

Tous les regards braqués sur les tumeurs cérébrales

Les travaux ont été soutenus par le Conseil européen de la recherche. «Cela m’a permis d’engager un groupe de personnes, de créer de nouveaux systèmes et logiciels pour analyser les données, et de disposer de fonds pour des publications et des conférences», remarque Bernhard Baumann. «Le grand avantage de cette subvention est que vous disposez de cinq ans pour tester votre hypothèse de recherche et utiliser les développements pour explorer davantage les domaines en cours de recherche.» L’équipe prévoit de poursuivre le développement de la technologie OCT. Elle a récemment entamé une collaboration avec une entreprise pharmaceutique pour l’utiliser pour cribler des modèles de souris. «Nous travaillons également à rendre notre technologie utile pour l’analyse des tumeurs cérébrales. C’est passionnant de voir jusqu’où nous pouvons aller», conclut Bernhard Baumann.

Mots‑clés

OPTIMALZ, ophtalmologie, rétine, cristallin, maladie d’Alzheimer, yeux, OCT, cohérence optique, tomographie, cerveau, biomarqueur

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application