Skip to main content

Measures for behaving safely in traffic

Article Category

Article available in the folowing languages:

Le «nudging» et le «coaching» contribuent à améliorer la sécurité routière

Des chercheurs européens ont mis au point des solutions innovantes qui contribuent à atteindre l’objectif de l’UE de zéro décès dans le transport routier d’ici 2050.

Transports et Mobilité
Sécurité

En matière de sécurité routière, les mesures actuelles ont pour but de réduire les conséquences des accidents ou de permettre aux conducteurs d’éviter les situations dangereuses en encourageant un comportement plus sûr. Nombre d’entre elles font appel à des prises de décisions conscientes. Toutefois, se frayer un passage dans le trafic finit souvent par devenir une tâche routinière. En adoptant une approche alternative par rapport aux mesures actuelles, le projet MeBeSafe, financé par l’UE, entend influencer les comportements habituels au volant. Stefan Ladwig, coordinateur du projet à l’Institut d’ingénierie automobile (ika) de l’université RWTH d’Aix-la-Chapelle, explique: «Afin de limiter les situations à risque et les quasi-collisions, nous avons développé et testé des solutions de “nudging” visant à inciter les conducteurs et les cyclistes à adopter un comportement plus sûr dans les conditions de circulation courantes qui présentent un risque élevé, ainsi que de nouveaux modes de “coaching”.»

Huit mesures dûment évaluées qui améliorent les marges de sécurité

L’«attention nudge» de MeBeSafe est une approche incitative proposée par TNO, partenaire du projet, dont l’objectif consiste à renforcer l’attention des conducteurs sur les dangers auxquels ils sont susceptibles d’être confrontés. «Lorsqu’une voiture s’approche d’une intersection où, par exemple, des cyclistes sont sur le point de traverser, dans l’affichage tête haute, une icône en forme d’intersection indique, par une encoche, la direction dans laquelle un cycliste risque de s’approcher. La couleur de l’icône passera du vert à l’orange, puis au rouge, en fonction du niveau de risque de la situation», souligne Stefan Ladwig. En ce qui concerne la vitesse, l’«infrastructure driver nudge» incite les conducteurs à ralentir dans les zones accidentogènes. Des motifs lumineux sont présentés sur le bord des routes aux conducteurs dont la vitesse est détectée comme excessive. Anna-Lena Köhler, qui travaille à l’ika, explique: «Lors d’un essai en situation réelle mené dans le cadre du projet, cette mesure a permis de réduire de 40 % le nombre de véhicules en excès de vitesse.» Par ailleurs, une équipe dirigée par Chalmers/SAFER a développé le «cyclist nudge», qui incite les cyclistes à ralentir. «Les bandes plates qui traversent la route sont de plus en plus rapprochées à l’approche de l’intersection, donnant au cycliste l’impression d’aller plus vite, ce qui l’incite à ralentir», fait remarquer Stefan Ladwig. Il est primordial d’encourager les conducteurs fatigués à faire une pause. Basé sur un algorithme existant mis au point par Volvo Cars, le «driver alertness nudge» récompense les conducteurs somnolents qui s’arrêtent. «Les essais en situation réelle ont montré que 87 % des conducteurs s’étaient arrêtés dans les 20 minutes suivant l’alerte», rapporte Stefan Ladwig. Les systèmes de sécurité tels que le régulateur de vitesse adaptatif (ACC, pour «adaptive cruise control») peuvent empêcher les conducteurs de s’approcher trop près des autres véhicules. Une équipe dirigée par Volvo Cars a mis au point deux modèles visant à inciter les conducteurs à avoir davantage recours à l’ACC. Le projet a également mis au point une application de coaching numérique, qui informe les conducteurs sur l’ACC et ses fonctions. MeBeSafe propose également une autre mesure de coaching: l’application DriveMate, développée par une équipe dirigée par Shell. Elle recueille des données comme l’accélération du véhicule, puis fournit un retour d’information et des supports de coaching. Elle propose ensuite de rencontrer un autre conducteur en vue d’un accompagnement sur les thèmes suggérés.

Vers un taux d’accidents mortels nul

Stefan Ladwig conclut: «Il est très probable qu’à l’horizon 2030, les mesures de MeBeSafe permettent de sauver 366 vies et d’éviter 40 000 blessures. À l’échelle de la société, cela pourrait permettre d’économiser jusqu’à 24,9 millions d’euros d’ici à 2030.» Le projet va continuer à diffuser les mesures mises au point et ses partenaires sont en train de chercher des moyens de poursuivre le processus de développement, en vue de faire passer ces mesures à un niveau de maturité technologique plus élevé. Il s’agit notamment d’effectuer des tests supplémentaires, de perfectionner la technologie, de mettre en place des mesures relatives aux infrastructures dans d’autres sites et de rechercher de nouveaux domaines d’application pour l’ensemble de ces mesures.

Mots‑clés

MeBeSafe, conducteurs, cyclistes, sécurité routière, mesures de nudging et de coaching

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application