Skip to main content

Article Category

Article à la une

Article available in the folowing languages:

En vedette - Les TIC en Autriche: exporter l'excellence en matière de TIC

Leur pays est peut-être entouré de montagnes et sans accès à la mer, mais les Autrichiens ne sont absolument pas isolés. Avec ses 6 000 km de voies ferrées, ses 2 000 km d'autoroutes et ses six aéroports internationaux, ce pays au cadre idyllique dispose d'une impressionnante infrastructure de transport.

Économie numérique

Cette connectivité physique du pays a été obtenue malgré sa topographie difficile; les chiffres les plus récents publiés par la Commission européenne révèlent que le taux de pénétration du large bande fixe en Autriche a atteint 26% de la population, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne européenne (28%). Malgré tout, le pays rattrape rapidement son retard et affiche la croissance la plus rapide en taux de pénétration de la large bande de tous les pays de l'UE. Parallèlement à ces investissements en infrastructure, les institutions de recherche technologique de pointe d'Autriche jouent un rôle de premier plan dans le développement de l'Internet et des systèmes et applications TIC de nouvelle génération. L'Autriche se classe au-dessus de la moyenne des autres pays de l'UE dans le tableau de bord européen de l'innovation et arrive au second niveau des performeurs européens, avec la Belgique, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. L'implication de l'Autriche dans les projets de recherche du 7e PC de l'UE, notamment en recherche TIC, est assurément une réussite; Avec plus de 3,6% de l'ensemble des financements TIC attribué à des participants autrichiens et 64 projets coordonnés par des Autrichiens, il est clair que le pays tire le meilleur parti des opportunités offertes. La confiance et l'Internet Les inquiétudes liées à la sécurité en ligne, la confidentialité et le piratage informatique, peuvent constituer un facteur de frein à l'essor du large bande et des technologies électroniques. TECHNIKON Forschungs und Planungsgesellschaft, une société indépendante de recherche en matière de TIC, étudie des moyens susceptibles de dissiper certaines de ces craintes. TECHNIKON coordonne le projet Tcloud (1) qui étudie les infrastructures transfrontalières, telles que les technologies en nuage, en vue de les rendre plus résistantes aux attaques. Un autre projet examine la façon d'assurer la sécurité de nos informations personnelles que nous communiquons de plus en plus au travers des différents réseaux sociaux auxquels nous nous connectons partout dans le monde. La connectivité croissante des objets quotidiens - pas seulement les téléphones portables, mais également les voitures, les téléviseurs, les radios, les scanners de supermarché, peut-être même votre réfrigérateur - change leur fonctionnalité et modifie la façon dont nous interagissons avec ces objets et le monde en général. C'est cette tendance émergente des technologies persuasives et le niveau de confiance que nous plaçons dans ces nouveaux appareils et objets capables de se connecter à l'internet auxquels le projet Utrustit (2) un projet TIC du 7e PC coordonné par le Centre for Usability Research and Engineering (CURE) à Vienne, cherche à répondre. Les participants du projet expliquent que la nature omniprésente des systèmes en réseau complique le suivi de nos informations, qui les détient et comment les applications les utilisent. Utrustit vise à créer et à mettre en œuvre des outils pour instaurer la confiance, en donnant ainsi à l'utilisateur une idée précise de l'endroit où ses informations personnelles pourraient aboutir à l'avenir. Les projets SOFI (3) et Service Web 3.0 (4) font partie des autres projets sous coordination autrichienne visant à maintenir les environnements en ligne sûrs et fiables. Le projet SOFI, dirigé par le bureau d'études STI Research and Consultancy, en Autriche, s'intéresse au rôle des services dans une économie future. Il vient en soutien d'un ensemble de projets financés par l'UE qui prévoient la conception, le développement et l'expérimentation de nouvelles infrastructures et plateformes permettant un «Internet des Services». Le projet SOFI a joué un rôle actif dans l'Assemblée sur l'Internet du Futur (FIA), une coopération paneuropéenne destinée à tous les projets et acteurs concernés par les activités de l'Internet du Futur. Le projet Service Web 3.0 soutient également le développement d'un futur «Internet des services». Il aide les projets du 7e PC à se regrouper autour de thèmes tels que le Web sémantique dans le but d'élaborer une feuille de route de la recherche et développement dans ce domaine. Le projet va rassembler des experts de toute l'Europe et produire une stratégie européenne de positionnement international. Montrer la voie en matière d'apprentissage en ligne La participation autrichienne dans les projets TIC du 7e PC est dominée par les organisations de recherche. Quatre des premiers établissements d'enseignement du pays (les universités techniques de Graz et de Vienne, l'université d'Innsbruck et l'Institut de recherche Joanneum) bénéficient de 35% de l'ensemble des financements. L'apprentissage en ligne semble être un domaine d'expertise remarqué. L'Institut des systèmes d'information à Graz, par exemple, coordonne le projet Next-Tell (5), qui soutient la conception de classes intégrant les technologies de l'information et de la communication (TIC) et informe les enseignants et les étudiants sur l'apprentissage de celles-ci. Le projet permettra de développer des méthodes et un logiciel visant à modéliser chaque étape de la conception d'une évaluation intégrant les TIC. Au travers du projet, les enseignants contribueront au développement d'une évaluation en ligne formative et de grande qualité concernant l'aptitude à apprendre. Le Technische Universität de la ville de Graz s'implique également dans le projet d'apprentissage en ligne Brain-I-Nets (6). Le projet examine plus en profondeur le sujet de l'apprentissage en ligne et des processus neurologiques de l'apprentissage. À l'aide de techniques expérimentales de pointe, les participants espèrent publier un ensemble de «règles» exposant les processus qui se passent dans le cerveau pendant qu'il enregistre de nouvelles informations. L'objectif global du projet est de transposer les fonctions de base de l'apprentissage dans une approche neuromorphique courante et une autre de prochaine génération en utilisant le logiciel récemment développé au titre du projet Factes du 6e PC. Le projet Hermes (7), coordonné par le Centre de recherche CURE à Vienne, étudie également les fonctions cognitives, mais chez les personnes âgées. Le but du projet est de développer une thérapie cognitive et un soutien de formation par le biais d'une technologie d'assistance. Le projet allie des TIC et une compréhension de la neurologie et de la connaissance en vue d'utiliser les compétences fonctionnelles d'une personne pour réduire la régression cognitive liée à l'âge. Les scientifiques espèrent que ce soutien réduira le besoin d'assistance active et augmentera la capacité d'une personne à se débrouiller au quotidien et pouvoir ainsi vivre plus longtemps de manière autonome. Une fabrication forte De par leur longue expérience de l'ingénierie et de la fabrication, il n'est pas surprenant que les organisations de recherche autrichiennes soient également impliquées dans des projets destinés à exploiter le pouvoir des TIC dans la fabrication. Le Technische Universität Wien a coordonné le projet Genesys (8). Le projet collaboratif a réuni les principaux acteurs impliqués dans la fabrication et le développement de systèmes intégrés en vue de trouver une architecture référence interdisciplinaire pour de tels systèmes. L'architecture détermine la configuration requise pour la mise en réseau, la sécurité, le diagnostic et la gestion des ressources et devrait contribuer à stimuler le marché des dispositifs intégrés. L'entreprise commune ARTEMIS, qui se base sur un partenariat public-privé, œuvre dans le cadre d'un programme R&D sur 10 ans, en ciblant plus particulièrement l'architecture de prise en charge des applications commerciales des systèmes intégrés. Les sociétés d'ingénierie autrichiennes reconnaissent la valeur des systèmes intégrés pour rendre leurs produits «intelligents» et réactifs. Le projet Athenis (9), par exemple, s'appuie sur la solide réputation de l'Autriche en matière de technologie des transports et l'associe à son expertise en TIC. Le projet Athenis est parti du principe que 20% environ de la valeur d'une voiture vient des systèmes électroniques embarqués. Pour maintenir des prix bas et gagner en espace, l'ajout de fonctionnalité et de fonctions sur les véhicules nécessiterait une plus grande intégration des composants électroniques, tels que des dispositifs basse et haute tension et de la mémoire sur un seul «système sur puce» (SoC). Athenis a fourni une preuve de concept pour la première plateforme technologique SoC, qui peut résoudre les problèmes actuels liés à l'intégration des composants dans l'industrie automobile. Des entreprises autrichiennes ont également contribué au développement de nouveaux composants électroniques dans le cadre des projets du 7e PC. En collaborant avec des partenaires de toute l'UE, ces entreprises spécialisées aident à maintenir l'Europe au premier plan dans le domaine de la microélectronique de pointe. La société Konarka Austria Forschungs und Entwicklungs GmbH s'est impliquée dans deux projets. Le projet Olatronics Project (10) s'est intéressé à la production de dispositifs électroniques à base de matériaux organiques en couches minces, tandis que le projet Flexibility (11) visait à considérablement améliorer la compétitivité de l'Europe dans le domaine de l'électronique organique et de grande surface (Organic and large-area electronics - OLAE). Les composants résultant de cette recherche comprendront des batteries jetables et rechargeables, des piles solaires, des systèmes électroniques de charge en courant continu, des enceintes et amplificateurs audio. De la conception à la commercialisation de masse Ainsi, même si l'Autriche n'est pas le pays de l'UE le mieux équipé en TIC, sa capacité de R&D en technologies de l'information et de la communication est clairement démontrée. Forte de ses atouts en apprentissage en ligne, en systèmes intégrés, en confiance et en confidentialité dans l'Internet du futur ainsi que dans la conception et la fabrication de composants microélectroniques, l'Autriche dispose pour ses projets collaboratifs de partenaires puissants et efficaces. Il reste maintenant aux PME du pays de saisir les opportunités offertes afin que les développements intéressants réalisés dans le cadre des projets de l'UE trouvent leur application dans l'économie autrichienne. - - - Les projets présentés dans cet article étaient soutenus par le programme de soutien ICT-Policy au titre du CIP (programme-cadre pour la compétitivité et l'innovation) ou du septième programme-cadre (7e PC) de recherche. (1) Tclouds : Trustworthy Clouds ? Privacy and Resilience for Internet-scale Critical Infrastructure (2) SOFI: Service Offering for the Future Internet (3) Utrustit: Useable TRUST in the Internet of Things (4) Service Web 3.0 (5) Next-Tell: Next Generation Teach and Learning for Life (6) Brain-I-Nets: Novel brain-inspired learning paradigms for large-scale neuronal networks (7) Hermes: Cognitive care and guidance for active aging (8) Genesys: Generic Embedded Systems Platform (9) Athenis: Automotive tested high-voltage embedded non-volatile memory integrated SoC (10) Olatronics Project: Development and integration of processes & technologies for the production of Organic Low-cost & large-Area flexible Electronics (11) Flexibility: Flexible Multifunctional Bendable Integrated Light-Weight Ultra-Thin Systems Liens aux sites web des projets: - Le 7e PC sur CORDIS - Tclouds sur CORDIS - SOFI sur CORDIS - Utrustit sur CORDIS - Service Web 3.0 sur CORDIS - Next-Tell sur CORDIS - Brain-I-Nets sur CORDIS - Hermes sur CORDIS - Genesys sur CORDIS - Athenis sur CORDIS - Olatronics sur CORDIS - Flexibility sur CORDIS Autres liens: - Site web de la stratégie numérique de la Commission européenne