Skip to main content

Molecular Mechanisms in Diabetic Embryopathy

Article Category

Article available in the folowing languages:

Le diabète au cœur du débat

En Europe, le diabète et ses complications sont la quatrième cause de décès. Avec l'augmentation du nombre de grossesses diabétiques, la situation ne risque pas de s'améliorer, à moins que les scientifiques n'agissent rapidement.

Santé

Le projet Diabetic embryopathy («Molecular mechanisms in diabetic embryopathy») étudie l'impact sur l'embryon d'une mère diabétique. Les preuves vont déjà dans le sens d'un risque accru d'un développement et d'un fonctionnement anormaux du cœur. Les malformations en elles-mêmes sont bien documentées, au contraire des indices sur les causes moléculaires. L'équipe du projet vise à déterminer ce qui se passe au niveau des tissus ou des types cellulaires d'embryons exposés au diabète, et étudie pour cela les processus moléculaires conduisant aux malformations cardiovasculaires dont le diabète est responsable. L'hypothèse principale est que dans le contexte d'une grossesse diabétique, l'expression des gènes est modifiée au point de perturber le développement du cœur. Le projet Diabetic embryopathy a utilisé un modèle murin pour analyser les changements survenant dans un cœur d'embryon qui se développe dans un environnement diabétique. Ces embryons montrent un taux d'anomalies cardiaques supérieur de 17% à la normale. Les déficiences cardiovasculaires se manifestent par des hémorragies, des œdèmes, et au niveau de la structure de l'organe. Le profil de l'expression génique globale a confirmé que des perturbations de la transcription des gènes ont un rôle majeur dans le développement de l'embryon. Parmi les facteurs de transcription importants figure le HIF1a (facteur induit par l'hypoxie-1 de type alpha). Des études sur des embryons exposés au diabète ont montré une augmentation de 20% des malformations congénitales ainsi que des changements notables de l'expression génique HIf1a+/-. Ces résultats orientent la recherche de l'origine des malformations de naissance vers des voies activées par le facteur HIF1. Les résultats de certains travaux du projet ont été présentés lors de la 49ème rencontre annuelle de la Teratology Society (en 2009), deux fois dans le Journal of Applied Physiology (2010), et dans une photoprésentation à Keystone (état du Colorado, États-Unis, en 2010). Le projet Diabetic embryopathy cherche à élargir les connaissances sur les troubles du développement associés aux grossesses diabétiques. Ses travaux amélioreront également la compréhension des maladies de l'adulte en relation avec le diabète.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application