Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Rendre abordables les bâtiments à consommation d’énergie nulle

Les bâtiments à faible consommation d’énergie pourraient grandement contribuer à la réduction de l’empreinte carbone de l’Europe. Les progrès réalisés dans ce domaine ont été lents, car le marché considère que ces bâtiments sont plus onéreux, mais un nouveau projet espère changer la donne.

Énergie

Les ménages sont de gros contributeurs aux émissions de gaz à effet de serre. Cela vaut particulièrement pour les bâtiments plus âgés et moins efficaces sur le plan énergétique. La Commission européenne a établi la directive sur la performance énergétique des bâtiments, qui prévoit, qu’à compter de 2021, tous les nouveaux bâtiments devront être des bâtiments ecoénergétiques (NZEB pour «Nearly Zero-Energy Buildings») — des bâtiments économiques affichant de très hautes performances énergétiques. «Afin de relever les défis écologiques et climatiques en tant que société, nous devons améliorer la performance énergétique de nos bâtiments pour atteindre une consommation d’énergie quasi nulle», explique Joyce van den Hoek Ostende, cheffe et coordinatrice du projet AZEB chez DNA in de Bouw (site web en néerlandais) aux Pays-Bas. Les progrès ont été toutefois plus lents que prévu. Les NZEB sont perçus comme étant plus onéreux que les bâtiments énergivores traditionnels, ce qui a eu pour corollaire de limiter l’intérêt du marché. «Les coûts d’investissement demeurent souvent plus élevés pour les NZEB, car des matériaux supplémentaires sont nécessaires et les coûts liés à la conception, aux risques et aux défaillances sont plus élevés. Une grande partie de ces coûts pourrait être évitée grâce à l’application des connaissances disponibles — mais pas encore généralisées auprès du grand public», ajoute-t-elle. Elle explique que les professionnels et les clients devraient également fonder leurs décisions et leurs dispositions contractuelles sur les coûts du cycle de vie. Les NZEB affichent généralement des coûts d’exploitation considérablement inférieurs, ce qui compense les coûts initiaux potentiellement plus élevés à moyen ou long terme. Le projet AZEB a créé une méthodologie et un cadre polyvalents et faciles à utiliser visant à augmenter la proportion de NZEB sur le marché. Les premiers résultats étaient prometteurs. «Cette méthode, voire certains volets de celle-ci, a eu un impact positif manifeste dans les cinq études de cas menées dans différents pays européens dans le cadre du projet. Elle a produit un impact grâce à l’amélioration de la performance énergétique, la réduction des coûts du cycle de vie, l’augmentation de la performance environnementale, l’augmentation de la performance dans les aspects de durabilité sociale comme la santé et le confort, et l’augmentation de la valeur immobilière et des taux d’occupation», explique Joyce van den Hoek Ostende.

L’approche d’AZEB

«Il existe de nombreuses solutions éprouvées, mais celles-ci sont souvent peu connues et sont disséminées à travers les différents domaines de connaissances, ce qui empêche les professionnels d’obtenir facilement une vue d’ensemble et d’adopter et d’intégrer les connaissances pertinentes», fait-elle remarquer. AZEB a consolidé ce large éventail d’informations en une méthode claire, disponible par le biais d’un environnement d’apprentissage en ligne gratuit, où les professionnels du secteur peuvent accéder à du matériel et des outils pédagogiques qui peuvent les aider à atteindre l’objectif de rendre les NZEB abordables. La méthodologie d’AZEB comporte 17 étapes, qui couvrent les phases de démarrage, de conception, de construction et d’exploitation du bâtiment. Chaque étape est subdivisée en décisions et activités pertinentes. L’accent est mis sur trois éléments clés: L’assurance qualité, les achats et la réalisation de projet intégrée.

Améliorer la méthodologie

L’équipe s’emploie à préparer des recherches de suivi dans des projets appliqués partout en Europe, à commencer par la Bulgarie et les Pays-Bas. En quantifiant les effets de la méthodologie AZEB dans les projets NZEB, elle espère éveiller davantage l’intérêt du marché pour cette méthode. «Outre la recherche appliquée et le matériel pédagogique en ligne gratuit, nous organisons des formations en direct et accompagnons les organisations dans l’application de la méthode AZEB dans leurs projets», déclare Joyce van den Hoek Ostende.

Mots‑clés

AZEB, consommation d’énergie nulle, NZEB, logement, émissions, méthodologie

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application