Skip to main content

Boosting 4 BEST practices for SOIL health in Europe

Article Category

Article available in the folowing languages:

Aider les agriculteurs à préserver la fertilité de leurs terres

Les agriculteurs peuvent être les gardiens du sol car ils peuvent le protéger et le préserver. Un réseau soutenu par l’UE travaille d’arrache-pied pour permettre aux agriculteurs d’accéder facilement à des informations pratiques dans leur langue sur la manière d’améliorer la santé des sols et l’importance pour eux de le faire.

Alimentation et Ressources naturelles

Les revenus des agriculteurs dépendent dans une large mesure de l’état de leurs terres, alors que les systèmes de production intensive font de la santé des sols une source d’inquiétude croissante en Europe. Toutefois, des informations sur les problèmes spécifiques affectant les sols et la manière de les résoudre peuvent être difficiles à obtenir. Pour surmonter cet obstacle, le projet BEST4SOIL (Boosting 4 BEST practices for SOIL health in Europe), financé par l’UE, a créé un réseau destiné à partager le savoir-faire sur la santé des sols. Il cible les bonnes pratiques visant à préserver la santé et la fertilité des sols et à réduire la propagation des maladies transmises par le sol et les nématodes, de minuscules ascarides qui se nourrissent des racines des plantes. «Une équipe internationale de scientifiques a rassemblé beaucoup d’informations à usage pratique. BEST4SOIL permet d’accéder à ces connaissances grâce à des vidéos, des fiches d’information, des bases de données et un outil d’aide à la décision», explique Harm Brinks, coordinateur de BEST4SOIL et gestionnaire de projet chez Delphy, la société de conseil néerlandaise en matière d’agriculture et d’horticulture qui héberge le projet.

Faire les bons choix

L’outil d’aide à la prise de décision est une interface web où les agriculteurs et les conseillers peuvent saisir des informations sur l’emplacement, le sol, le type de cultures et les types d’agents pathogènes ou les nématodes afin de générer une demande. Sur la base de cette demande, le système consultera ses bases de données pour identifier les stratégies les plus prometteuses. «Il peut servir d’outil d’analyse des risques, afin de créer des rotations saines de cultures et sélectionner les mesures visant à restaurer la santé du sol ou prévenir les problèmes», explique Harm Brinks. La rotation des cultures est l’une des techniques les plus efficaces pour contrôler les maladies transmises par le sol et les nuisibles. Afin de maximiser son impact, les agriculteurs doivent adapter minutieusement le système aux conditions locales. BEST4SOIL peut les aider à déterminer quelles cultures cultiver et dans quel ordre, et comment combiner au mieux la rotation avec d’autres pratiques de gestion.

Les meilleures pratiques sur le terrain

Le projet cible quatre pratiques essentielles à la santé des sols: l’engrais vert, le compost, la désinfestation anaérobie du sol (ASD) et la (bio)solarisation. «Le compost et les cultures d’engrais verts fournissent de la matière organique au sol: elles représentent une importante source de micronutriments nécessaires à la fertilité et la biodiversité du sol», ajoute Harm Brinks. L’ASD et la (bio)solarisation, quant à elles, contribuent à lutter contre les maladies et les parasites: «De nombreux sols sont contaminés par des nématodes et des agents pathogènes qui nuisent au rendement et à la qualité des cultures. Des mesures de lutte biologique permettent de restaurer la santé des sols en les débarrassant des infestations.» Des informations et des conseils sur la manière d’utiliser ces pratiques sont partagés sur le site web sous la forme de vidéos et de fiches d’information. Toutes les ressources en ligne, y compris le contenu de la base de données, sont disponibles dans 22 langues de l’UE.

Mettre en contact les praticiens

La plateforme web ne représente que l’un des canaux par lesquels le réseau BEST4SOIL communique avec les agriculteurs. Des facilitateurs répartis dans 19 pays de l’UE et au Royaume-Uni organisent des activités locales comme des réunions, des conférences et des ateliers en proposant des possibilités de formation et en permettant aux participants d’entrer en contact les uns avec les autres et d’échanger leurs expériences. Enfin, le projet entend créer une communauté de pratique reliant les cultivateurs, les conseillers, les éducateurs et les chercheurs d’Europe. L’équipe espère maintenir le réseau actif après l’achèvement du projet. «Les partenaires du projet garantissent que toutes les informations resteront disponibles durant au moins cinq ans. Mais nous travaillons sur un plan afin de les garder en ligne bien plus longtemps», souligne Harm Brinks. Avec ses collègues, il étudie différentes options, dont l’intégration de quelques-uns des outils dans une base de données de connaissances agricoles actuellement développée avec le soutien d’Horizon 2020.

Mots‑clés

BEST4SOIL, santé du sol, meilleures pratiques, engrais, compost, désinfestation anaérobie du sol, ASD, (bio)solarisation, solarisation, rotation des cultures, réseau

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application