Skip to main content

Imaging function and dysfunction of neuronal circuits in the visual cortex

Article Category

Article available in the folowing languages:

De nouvelles perspectives de traitement pour l'amblyopie

La réponse neuronale du cerveau n'est pas statistique mais aurait plutôt tendance à se modifier lors du développement et d'un apprentissage ultérieur. Une étude européenne s'est penchée sur cette plasticité fonctionnelle afin de mieux comprendre et soigner l'amblyopie.

Santé

L'amblyopie ou "syndrome de l'œil paresseux» est le défaut le plus fréquent de la vision chez l'enfant, il touche environ 3% de la population. Elle résulte du développement anormal de la vision centrale d'un œil. Actuellement, le traitement de l'amblyopie passe par l'occlusion de l'œil sain qui stimulera la plasticité neuronale et entraîner l'œil touché par cette pathologie. Quand elle est réalisée suffisamment tôt, cette approche est efficace et restaure la vision stéréoscopique et la perception spatiale de l'enfant. Le projet 'Imaging function and dysfunction of neuronal circuits in the visual cortex' (EUROV1SION), financé pat l'UE, a analysé les évènements survenant au cours de ce remodelage synaptique. L'apparition d'enregistrements fonctionnels du cerveau permet maintenant aux chercheurs travaillant dans ce domaine de surveiller l'activité in vivo de chaque neurone en utilisant la microscopie par absorption biphotonique et des colorants spécialisés sensibles au calcium (Ca++). Les chercheurs du projet ont d'abord généré des souris exprimant un indicateur génétique du Ca++ dans différentes zones neuronales du cortex visuel. Ce modèle murin leur a permis d'observer et d'analyser la réponse individuelle neuronale en réponse à des images artificielles ou naturelles. Leurs travaux montrent que la formation des synapses neuronales générées par l'expérience visuelle est perturbée lors d'une amblyopie. Ce dysfonctionnement est induit par la vision monoculaire, mais il peut être restauré par le processus plastique de domination oculaire dans le cortex visuel des adultes. Pour favoriser ce processus, les chercheurs ont montré qu'une action pharmacologique jouant sur les phénomènes épigénétiques (inhibition d'histones désacétylases) favorisait la restauration de l'acuité visuelle des souris monoculaires. Un traitement basé sur l'apprentissage chez des adultes souffrant d'amblyopie a montré que, même à l'âge adulte, la plasticité expérimentale pouvait être utilisée pour récupérer une fonction visuelle stéréoscopique. Ce résultat remet en question le postulat affirmant que l'apprentissage visuel ne peut guérir l'amblyopie qu'à la condition d'être utilisé très tôt. Sachant que les personnes amblyopes souffrent toute leur vie de ces problèmes de vision, une nouvelle thérapie basée sur un programme de formation binoculaire pourrait avoir un impact significatif sur une large part de cette population.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application