Skip to main content

Why and how do antifreeze proteins bind ice? An experimental study on the solution and adsorption behaviour of antifreeze proteins

Article Category

Article available in the folowing languages:

Le mystère des protéines antigel révélé

Les détails sur la façon dont le poisson polaire est capable de se protéger du froid dans les eaux dont la température est inférieure à zéro ont longtemps échappé aux scientifiques. Les chercheurs commencent à mieux comprendre ce phénomène, au fur et à mesure des expériences.

Santé

Les scientifiques sont conscients que les protéines antigel (AFP, pour antifreeze protein) réduisent le point de congélation des fluides corporels et empêchent la recristallisation de la glace. On pense que cela implique un mécanisme d'adsorption-inhibition; or les détails précis ne sont pas encore totalement compris. L'initiative PRICE (Why and how do antifreeze proteins bind ice? An experimental study on the solution and adsorption behaviour of antifreeze proteins), financée par l'UE, visait à identifier comment fonctionnent les AFP. Les chercheurs pourraient mieux comprendre ce mystère à travers une série d'expériences de biosynthèse des protéines. PRICE a utilisé les bactéries d'Escherichia coli pour fabriquer et étudier les AFP de types I et III en laboratoire. Les chercheurs se sont servi de la diffusion par rayons X afin d'étudier les AFP de type I hyperactives chez la plie rouge. Le groupe de recherche s'est également penché sur l'utilisation de la spectroscopie infrarouge 2D pour étudier la structure des AFP de type III chez les poissons. Les résultats du projet PRICE concernant la capacité cryoprotectrice naturelle des AFP ont d'importantes applications dans un contexte plus général. Les applications au monde réel devraient inclure la préservation des organes et produits alimentaires pendant la congélation.

Mots‑clés

Protéines antigel, poisson polaire, congélation, adsorption, cryoprotecteur

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application