CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

smART socIal media eCOsytstem in a blockchaiN Federated environment

Article Category

Article available in the following languages:

Donner aux utilisateurs le contrôle de leurs réseaux sociaux et de leurs données en ligne

Une nouvelle plateforme de réseau social décentralisée utilise la technologie de la chaîne de blocs (blockchain) pour créer un continuum social plus transparent – et digne de confiance.

Économie numérique icon Économie numérique

Aujourd’hui, tout le monde ou presque semble utiliser un réseaux social et ce, quel que soit notre âge, notre sexe ou notre nationalité. Cette migration massive vers les réseaux a généré la création d’un continuum social – où personnes et messages sont connectés via une multitude de plateformes. «Le problème est que les réseaux sociaux populaires comme Facebook, Twitter, LinkedIn, WeChat et TikTok sont tous monolithiques, c’est-à-dire qu’ils sont tous hébergés dans un centre de données en nuage centralisé et contrôlés par une seule entreprise», explique Radu Prodan, professeur de systèmes distribués à l’université de Klagenfurt. Avec le soutien du projet ARTICONF, financé par l’UE, Radu Prodan s’efforce de démocratiser ce continuum social. «En utilisant la chaîne de blocs et d’autres technologies de confiance, nous élaborons une plateforme décentralisée de réseaux sociaux qui instaure un nouveau niveau de transparence, de confidentialité et d’autonomie», ajoute Radu Prodan.

La mise en cage du troll

Selon Radu Prodan, le modèle de propriété centralisée des réseaux sociaux soulève plusieurs problèmes de confiance, notamment en ce qui concerne la sécurité des données, le respect de la vie privée, la transparence et la propagation de faux contenus, c’est-à-dire de «fake news». «L’exemple le plus courant est celui des "trolls"», pointe Radu Prodan. «Ces individus endossent une fausse identité pour s’engager dans des discussions controversées ou pour communiquer délibérément des informations manipulatrices de faible qualité qui se propagent souvent plus rapidement et attirent plus de lecteurs que les sources crédibles.» Afin de «mettre le troll en cage», le projet ARTICONF a développé une plateforme de la chaîne de blocs-en-tant-que-service pour élaborer des applications de réseaux sociaux décentralisées (Social DApps) fiables, évolutives et démocratiques. Le projet a choisi la plateforme de la chaîne de blocs en partie en raison de son utilisation des protocoles de consensus, une méthode qui permet aux utilisateurs de vérifier les transactions. «Hébergées sur un nuage fédéré, nos Social DApps peuvent potentiellement créer un continuum social sécurisé et pratiquement inviolable», fait remarquer Radu Prodan. «Sans aucun mécanisme de contrôle centralisé, nous pouvons connecter des milliards de personnes et leur permettre de partager des informations en toute sécurité grâce à des protocoles de consensus démocratique.»

Les applications sociales décentralisées en action

Pour démontrer l’efficacité de la solution ARTICONF, les chercheurs ont développé quatre cas d’utilisation différents de Social DApp, notamment pour le journalisme citoyen, le partage de voitures, la discussion d’opinion en vidéo et le marché de l’énergie intelligente. «Notre Social DApp de discussion d’opinion en vidéo a généré plus de 3 000 opinions vidéo sociales dans plus d’une douzaine de communautés», explique Radu Prodan. «Il s’agissait notamment de sujets politiquement essentiels tels que la liberté académique, l’éducation et l’échange de connaissances en Hongrie, ainsi que des questions telles que l’égalité, la diversité et l’inclusion, la réduction de la fracture numérique, le changement climatique, l’employabilité et les élections équitables.» Le DApp social de partage de voitures a récemment fait l’objet d’un article sur «Blockchain: Research and Applications». Selon cet article, l’application permet aux clients de louer temporairement un véhicule à la demande. Toutefois, au lieu de devoir payer le tarif standard au kilomètre ou à l’heure, les utilisateurs paient un tarif variable en fonction de la distance parcourue ou du temps passé à utiliser la voiture. «Au lieu que les prix et les pénalités soient décidés par une entité centralisée, notre solution crée une communauté de propriétaires de voitures et de gestionnaires de parcs automobiles où les prix de location sont déterminés par un certain nombre de sources», explique Radu Prodan. «À terme, cela permettrait aux conducteurs ayant un excellent dossier de conduite d’obtenir un meilleur prix pour la location de leur voiture.» Le projet a partagé ses résultats par le biais de plus de 70 publications scientifiques évaluées par des pairs et de plus de 60 événements et activités. Il a également obtenu deux brevets et a mis à disposition l’ensemble de ses outils pour le développement de DApp sur GitHub sous la licence Apache 2.

Mots‑clés

ARTICONF, chaîne de blocs, réseaux sociaux, transparence, confidentialité, données en ligne, continuum social, Facebook, Twitter, LinkedIn, WeChat, TikTok, sécurité des données, fake news, troll, applications sociales décentralisées

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application